La plateforme de microscopie électronique Tempos a été inaugurée le 18 décembre 2018

Niels Keller, directeur adjoint scientifique de l’institut de physique du

Niels Keller, directeur adjoint scientifique de l’institut de physique du CNRS, Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement et Odile Stephan, enseignante-chercheuse au Laboratoire de Physique des Solides (LPS- UPSud/CNRS). © M. LECOMPT / UPSUD

Il semble que vous utilisiez un navigateur obsolete, pour une consultation optimale de ce site nous vous conseillons de télécharger un navigateur récent.

Plateforme unique de microscopie électronique accessible à tous les chercheurs du territoire Paris-Saclay, TEMPOS, a été inaugurée mardi 18 décembre 2018, à Orsay. Financé dans le cadre d’un Equipex, ce projet est porté par l’Université Paris-Sud, le CNRS, l’école polytechnique et le CEA. Les industriels Saint-Gobain et Thales sont également impliqués, à travers leurs départements R&D.

La plateforme TEMPOS a pour objectif de repousser les limites de l’exploration des propriétés des nanomatériaux, depuis l’étude de leurs mécanismes de croissance jusqu’aux mesures aux échelles les plus locales de leurs propriétés physiques.

Pour cela, les scientifiques disposent de deux équipements dédiés à l’étude de la croissance et de la physique des nano-objets, Chromatem et Nanomax, complétés par Nanotem, une installation de microscopie électronique, plus généraliste, à la pointe de la technique. Uniques en leur genre, les deux microscopes, Chromatem et Nanomax permettent de combiner simultanément des techniques expérimentales qui nécessitaient jusqu’à présent des équipements distincts : spectrométrie photonique et électronique pour Chromatem, élaboration et observation de nanoobjets pour Nanomax.

Lauréat de l’appel à projet Equipex 2010, une dotation de 13,5 M¤ a été attribuée pour la création de cette plateforme qui est aujourd’hui opérationnelle.

’ C’est avec une grande fierté et un grand plaisir que nous sommes réunis pour l’inauguration de la plateforme TEMPOS avec l’ensemble des partenaires qui portent ce projet’ s’est félicitée la Présidente de l’Université Paris-Sud, Sylvie Retailleau. ’Toute cette structuration est l’aboutissement d’un travail collectif issu de l’engagement de toute une communauté qui a permis la construction d’un projet scientifique à la pointe de l’état de l’art. Je voudrais les remercier pour l’aboutissement de ce projet remarquable et en tête de liste Odile Stephan qui a porté ce projet depuis le début, accompagnée d’une équipe de microscopistes experts, responsables scientifiques et techniques des 3 pôles instrumentaux. Cette plateforme de microscopie est l’une des pépites de Paris-Saclay, dont une des caractéristiques est son parc de plateformes exceptionnel. Elle se place au plus haut niveau mondial et permet une forte attractivité dans ce domaine et pour la physique de Saclay, elle-même un de nos fleurons historiques. Merci pour ces manips d’exception et cette science qui prépare l’avenir ’ a-t-elle conclu.