Les astronomes révèlent la première image du trou noir au coeur de notre galaxie

      -       Français   -  English
Première image de Sagittarius A*, le trou noir au centre de la Voie lactée. Bien

Première image de Sagittarius A*, le trou noir au centre de la Voie lactée. Bien qu’il ne soit pas possible de voir le trou noir lui-même, car il est complètement sombre, le gaz incandescent qui l’entoure révèle une signature caractéristique : une région centrale sombre (appelée « ombre ») entourée d’une structure brillante en forme d’anneau. Cette image est une moyenne des différents clichés extraits par la collaboration EHT. Chaque cliché capture la lumière déviée par la puissante gravité du trou noir, quatre millions de fois plus massif que notre Soleil. © Collaboration EHT

Cette image est un aperçu très attendu de l’objet massif qui se trouve au centre même de notre galaxie. Les scientifiques avaient déjà observé des étoiles en orbite autour d’un objet invisible, compact et très massif au centre de la Voie lactée. Cela laissait fortement penser que cet objet - connu sous le nom de Sagittarius A* (Sgr A*) - était un trou noir, et l’image d’aujourd’hui en fournit la première preuve visuelle directe.

Bien qu’il ne soit pas possible de voir le trou noir lui-même, car il est complètement sombre, le gaz incandescent qui l’entoure révèle une signature caractéristique : une région centrale sombre (appelée « ombre ») entourée d’une structure brillante en forme d’anneau. La nouvelle image capture la lumière déviée par la puissante gravité du trou noir, qui est quatre millions de fois plus massif que notre Soleil.

« Nous avons été stupéfaits de voir à quel point la taille de l’anneau correspondait aux prédictions de la théorie de la relativité générale d’Einstein », a déclaré le scientifique du projet EHT, Geoffrey Bower, de l’Institut d’astronomie et d’astrophysique de l’Academia Sinica à Taipei. « Ces observations sans précédent ont considérablement amélioré notre compréhension de ce qui se passe au centre même de notre galaxie, et offrent de nouvelles perspectives sur la façon dont ces trous noirs géants interagissent avec leur environnement. » Les résultats de l’équipe de l’EHT sont publiés aujourd’hui dans un numéro spécial de la revue The Astrophysical Journal Letters.

Le trou noir étant situé à environ 27 000 années-lumière de la Terre, il semble avoir dans le ciel une taille équivalente à un beignet sur la Lune. Pour en obtenir une image, l’équipe a créé le puissant EHT, qui a relié huit observatoires radio existants à travers la planète pour former un seul télescope virtuel « de la taille de la Terre » 2 . L’EHT a observé Sgr A* pendant plusieurs nuits, recueillant des données pendant plusieurs heures d’affilée, à la manière d’une longue durée d’exposition sur un appareil photo.

Le télescope de 30 mètres de l’IRAM est le télescope à parabole unique le plus sensible au monde dans la gamme de hautes fréquences que l’EHT utilise pour ses observations. Avec le télescope du pôle Sud, il a fourni la plus longue ligne de base et, par conséquent, les images les plus nettes, contribuant ainsi de manière décisive à la haute résolution spatiale des images de Sgr A*.

Cette avancée fait suite à la publication en 2019 par la collaboration EHT de la première image d’un trou noir, appelé M87*, au centre de la galaxie plus lointaine Messier 87.

Les deux trous noirs se ressemblent remarquablement, même si celui de notre galaxie est plus de mille fois plus petit et moins massif que M87* 3 . « Nous avons deux types de galaxies complètement différents et deux masses de trous noirs très différentes, mais près du bord de ces trous noirs, ils se ressemblent étonnamment », explique Sera Markoff, coprésidente du conseil scientifique de l’EHT et professeure d’astrophysique théorique à l’université d’Amsterdam, aux Pays-Bas. « Cela nous indique que la relativité générale régit ces objets de près, et que toute différence que nous voyons plus loin doit être due à des dissemblances dans la matière qui entoure les trous noirs. »

Ce résultat a été considérablement plus difficile que pour M87*, même si Sgr A* est beaucoup plus proche de nous. Le scientifique de l’EHT, Chi-kwan ("CK") Chan, de l’observatoire Steward et du département d’astronomie et de l’institut des sciences des données de l’université d’Arizona, aux États-Unis, explique : « Le gaz à proximité des trous noirs se déplace à la même vitesse - presque aussi vite que la lumière - autour de Sgr A* et de M87*. Mais alors qu’il met des jours, voire des semaines, à orbiter autour du grand M87*, il ne met que quelques minutes à le faire autour de Sgr A*, beaucoup plus petit. Cela signifie que la luminosité et la configuration du gaz autour de Sgr A* changeaient rapidement pendant que la collaboration EHT l’observait - un peu comme si l’on essayait de prendre une photo claire d’un chiot qui court après sa queue. »

Les chercheurs ont dû mettre au point de nouveaux outils sophistiqués qui tiennent compte du mouvement du gaz autour de Sgr A*. Alors que M87* était une cible plus facile et plus stable, dont les images se ressemblaient presque toutes, ce n’était pas le cas pour Sgr A*. L’image du trou noir de Sgr A* est une moyenne des différents clichés extraits par l’équipe, révélant enfin pour la première fois le géant tapi au centre de notre galaxie.

Cet effort a été rendu possible grâce à l’ingéniosité de plus de 300 chercheurs issus de 80 instituts du monde entier, qui composent la collaboration EHT. Outre la mise au point d’outils complexes pour relever les défis de l’imagerie de Sgr A*, l’équipe a travaillé de façon très rigoureuse pendant cinq ans, utilisant des superordinateurs pour réunir et analyser leurs données, tout en compilant une bibliothèque sans précédent de trous noirs simulés à comparer aux observations.

Les scientifiques sont particulièrement enthousiastes à l’idée de disposer enfin d’images de deux trous noirs de tailles très différentes, ce qui leur permet de comprendre comment ils se comparent et contrastent. Ils ont également commencé à utiliser ces nouvelles données pour tester des théories et des modèles sur le comportement du gaz autour des trous noirs supermassifs. Ce processus n’est pas encore totalement compris, mais on pense qu’il joue un rôle clé dans la formation et l’évolution des galaxies.

« Nous pouvons maintenant étudier les différences entre ces deux trous noirs supermassifs afin d’obtenir de nouveaux indices précieux sur le fonctionnement de cet important processus », a déclaré Keiichi Asada, scientifique de l’EHT, de l’Institut d’astronomie et d’astrophysique, Academia Sinica, Taipei. « Nous disposons d’images de deux trous noirs - l’un à la grosse extrémité large et l’autre à la petite extrémité des trous noirs supermassifs de l’Univers - ce qui nous permet d’aller beaucoup plus loin que jamais dans l’analyse du comportement de la gravité dans ces environnements extrêmes. »

Les progrès de l’EHT se poursuivent : une grande campagne d’observation en mars 2022 a inclus plus de télescopes que jamais auparavant. L’expansion continue du réseau EHT et les importantes mises à niveau technologiques permettront aux scientifiques de partager des images encore plus impressionnantes ainsi que des films de trous noirs dans un avenir proche.

En rejoignant le réseau EHT en 2018 et en effectuant ses premières observations en 2021, le deuxième observatoire de l’IRAM, Noema, a déjà donné à l’EHT un coup de pouce décisif en termes de sensibilité, de dynamique d’image et de résolution spatiale. Cependant, la poursuite du développement de technologies de réception de pointe pour Noema et le télescope de 30 mètres de l’IRAM permettra à la collaboration EHT de faire des timelapses avec des détails encore plus précis. Les deux installations seront déterminantes pour la collaboration EHT dans la compréhension de la physique des trous noirs massifs, et en particulier de Sgr A*.

 

Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |