Tromperie ou collaboration : quel comportement adoptons-nous face aux systèmes de notation sur Internet ?

- FR - EN
Image de l’interface web utilisée par les participants au cours de l&rsquo
Image de l’interface web utilisée par les participants au cours de l’expérience. ©David Villa/ScienceImage/CBI/CNRS
Animal social, l’être humain communique et influence ses congénères en laissant des traces digitales sur Internet, notamment en utilisant des systèmes de notation par étoile sur des plateformes collaboratives. De nombreux sites de commerce en ligne utilisent cette technique pour permettre aux utilisateurs de partager, entre autres, leur expérience dans un hôtel ou dans un restaurant. Mais sous quelles conditions ces traces peuvent-elles permettre à un groupe de coopérer et pouvons-nous nous fier à elles - Afin d’analyser le comportement des humains confrontés à ce type de dispositif, une équipe de scientifiques 1 du CNRS, de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier et de Toulouse school of economics a développé une application web reproduisant ces mécanismes de notation et permettant leur étude dans un cadre contrôlé. Deux conditions ont été testées pour ce jeu. La première récompensait indifféremment les participants. Ils ont alors adopté un comportement majoritairement collaboratif qui leur permettait de réussir individuellement grâce aux informations contenues dans les traces déposées par le collectif. À l’inverse, dans un environnement concurrentiel, ils ont adopté des comportements majoritairement neutres et trompeurs, en favorisant le partage d’informations peu fiables. Ces travaux publiés dans PNAS le 10 octobre mettent en évidence les conditions qui permettent aux humains de développer de l’intelligence collective.

1 Du Centre de recherches sur la cognition animale (CNRS/ Université Toulouse III - Paul Sabatier), du Laboratoire de physique théorique (CNRS/Université Toulouse III - Paul Sabatier) et de Toulouse school of economics (CNRS/Inrae/Université Toulouse Capitole).

Bibliographie

Cooperation and deception through stigmergic interactions in human groups. Thomas Bassanetti, Stéphane Cezera, Maxime Delacroix, Ramón Escobedo, Adrien Blanchet, Clément Sire, et Guy Theraulaz. PNAS, le 10 octobre 2023. DOI : https://doi.org/10.1073/pnas.­2307880120

La fondation CNRS

Pour accompagner et développer une recherche au meilleur niveau.