Covid-19 : qui vacciner en priorité pour ralentir la propagation de nouveaux variants ?

Lors d’une pandémie comme celle due au Sars-Cov-2, il est impossible de vacciner rapidement toute la population. Quels individus vacciner en priorité - Les plus fragiles pour limiter leur risque de tomber malade - Ou bien les plus jeunes afin de limiter la progression de l’épidémie - La décision se complique si on se place dans une perspective évolutive : la vaccination constitue en effet une pression de sélection qui peut favoriser certaines souches du virus, ou variants, résistantes aux vaccins 1 . Est-il possible de choisir des stratégies vaccinales permettant de limiter cette évolution - Cette question est d’autant plus cruciale que la couverture vaccinale contre le Covid-19 est encore faible dans certains pays. Des scientifiques du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive (CNRS/université de Montpellier/EPHE-PSL/IRD) publient le 18 janvier 2022 dans PNAS un cadre théorique permettant d’évaluer les conséquences de différentes stratégies de vaccination sur l’évolution du virus et la vitesse de propagation de nouveaux variants. Par exemple, dans le cas du SARS-CoV-2, la stratégie consistant à vacciner les personnes les plus âgées en priorité semble particulièrement efficace car elle permet à la fois de minimiser la sélection pour un variant résistant et la mortalité totale. Cette étude souligne ainsi une dimension importante à prendre en compte: la dynamique évolutive du virus, en complément de la seule dynamique de l’épidémie 2 .

1. Un peu comme l’utilisation irraisonnée des antibiotiques qui peut favoriser l’antibiorésistance chez les bactéries

2. Par exemple, le seul suivi des chiffres sur le nombre de cas, d’hospitalisés, de morts ou le seul suivi du taux de positivité, du R0, etc.


Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |