La mixité à prôner dans les forêts

      -       Français   -  English
Les sites analysés sont répartis partout sur le globe © Science

Les sites analysés sont répartis partout sur le globe © Science

Diversifier les espèces dans les plantations forestières a un impact positif sur la qualité des boisements. C’est le résultat d’une étude internationale parue le 20 mai 2022 dans le journal Science impliquant un chercheur du CNRS 1 . Des plantations forestières mélangeant plusieurs espèces différentes sont utilisées depuis longtemps pour certaines opérations de reboisement, dans l’espoir de restaurer les terres dégradées, d’atténuer le changement climatique et de fournir une meilleure production de bois. Mais jusqu’à maintenant, aucune étude n’avait prouvé l’efficacité de ce procédé. L’équipe internationale a rassemblé un large éventail de données 2 sur des plantations forestières comprenant soit une seule espèce (monoculture), soit plusieurs espèces dans les mêmes conditions afin d’évaluer l’impact de la diversité des espèces d’arbres sur leur croissance et leur productivité. Selon les résultats de leur analyse, les arbres des peuplements multi-espèces sont plus grands, plus larges et produisent plus de biomasse 3 . Ces effets positifs sont principalement dus à la complémentarité fonctionnelle entre espèces, c’est-à-dire que les espèces n’utilisent pas les ressources d’un milieu exactement de la même manière : ensemble, elles les utilisent plus et mieux. Cette étude démontre l’importance de prendre en compte les multiples avantages des plantations forestières mélangées dans l’élaboration des politiques de boisement et de reboisement. De telles stratégies sont capitales pour restaurer et conserver les écosystèmes et atténuer le changement climatique.

2 Ces données proviennent de 255 sites répartis sur tous les continents et portent sur 243 espèces d’arbres issus de plantations variant par leur densité et leurs conditions climatiques.

3 Dans le domaine de l’écologie, la biomasse se réfère à la masse totale des organismes vivants, ici les arbres, présents à un moment donné.

La fondation CNRS

Pour accompagner et développer une recherche au meilleur niveau.


Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |