Un ancien mur d’enclos du cimetière médiéval mis au jour à Colmar (Haut-Rhin)

Le mur en cours de dégagement sur le parvis de la collégiale. © B. Dottori, Inra

Le mur en cours de dégagement sur le parvis de la collégiale. © B. Dottori, Inrap

À Colmar, les fouilles archéologiques se poursuivent autour de la cathédrale Saint-Martin où les archéologues de l’Inrap ont révélé la première enceinte de cimetière urbain médiéval mise au jour en Alsace, probablement datée de 1212.

En coeur de ville, la campagne de fouille d’archéologie préventive prescrite par l’Etat (Drac Grand-Est) se poursuit suite au projet de réaménagement de la place de la Cathédrale, porté par la Ville de Colmar. Une importante découverte a été réalisée par les archéologues de l’Inrap en parties sud-est et sud-ouest de la collégiale Saint-Martin.

Un ancien mur d’enclos du cimetière

Réalisé en gros galets de rivière liés au mortier de chaux, il atteint une épaisseur maximale de 0,85 m. Les deux tronçons observés sont chacun conservés sur une dizaine de mètres ; leur tracé est incurvé et forme un plan ovalaire, enserrant un espace plus restreint que celui de l’église actuelle. Il pourrait donc avoir ceint l’édifice ayant précédé la collégiale, retrouvé lors des fouilles réalisées dans les années 1970, qui était de taille moindre que l’église actuelle.

L’hypothèse privilégiée à ce stade des investigations est que ce mur puisse correspondre à celui érigé par les bourgeois de la ville de Colmar à partir de 1212. à cette date en effet, les bourgeois (dont c’est la première mention dans les textes) vendent un terrain communal pour 60 marcs d’argent, somme destinée à la construction d’un mur autour de l’église et de son cimetière. L’importance de la somme déboursée pourrait indiquer qu’il s’agit d’un mur de fortification, ce que l’épaisseur et la solidité de la maçonnerie observée semblent confirmer.

La fortification des cimetières était chose courante dans l’Alsace médiévale, région morcelée politiquement et en proie à d’incessants conflits : elle permettait aux populations de se mettre à l’abri au sein d’un périmètre consacré, disposant du droit d’immunité (interdiction d’y commettre des actes de violence ou de contrainte).

La première enceinte de cimetière urbain médiéval en Alsace

Cette découverte représente l’un des temps forts de la fouille : il s’agit en effet de la première enceinte de cimetière urbain médiéval mise au jour en Alsace. Ce mur et sa localisation constituent par ailleurs un important témoin de la genèse du développement urbain de Colmar, qui débute ainsi au XIIIe siècle par la fortification du cimetière et qui se poursuivra quelques années plus tard par la construction de la première enceinte de la ville.

La poursuite de la fouille au nord et au nord-ouest de la collégiale en août permettra la mise au jour d’une grande partie de l’enceinte du cimetière et d’appréhender ainsi l’un des éléments générateurs de la ville de Colmar.

Ville de Colmar
Contrôle scientifique :
Recherche archéologique : Inrap
Responsable scientifique : Boris Dottori, Inrap


Ce site utilise des cookies et des outils d'analyse pour améliorer la convivialité du site. Plus d'informations. |