Doctorant.e à l’Institut Curie (H/F) dans le cadre d’un projet 80 prime

     
Recruteur
Parution
Lieu de travailParis, Ile-de-France, France
Catégorie
Fonction

Description

CNRS - Portail emploi recrutement

  • Français
  • English


  • Doctorant.e à l’Institut Curie (H/F) dans le cadre d’un projet 80 prime

    Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
    Français - Anglais

    Faites connaître cette offre !

    Informations générales

    Référence : UMR3664-ANGTAD0-001
    Lieu de travail : PARIS 05
    Date de publication : jeudi 25 avril 2019
    Nom du responsable scientifique : Angela Taddei
    Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
    Durée du contrat : 36 mois
    Date de début de la thèse : 1 octobre 2019
    Quotité de travail : Temps complet
    Rémunération : 2 135,00 ¤ brut mensuel

    Description du sujet de thèse

    Etude de la nature physique de sous-compartiments nucléaires à l’échelle de la molécule unique.

    Le noyau des cellules eucaryotes est formé de sous-compartiments non délimités par des membranes et qui permettent de réguler spatialement les fonctions nucléaires en excluant ou en concentrant certaines protéines dans une région précise du noyau. Bien que l’importance fonctionnelle de cette organisation soit bien établie, la nature physique de ses sous-compartiments suscite actuellement de nombreux débats [1]. Ce projet de thèse s’inscrit dans le cadre d’un projet interdisciplinaire collaboratif entre biologistes (Angela Taddei et Judith Miné-Hattab, Institut Curie) et physiciens (Aleksandra Walczak and Thierry Mora, ENS Paris), qui vise à étudier la nature physique de ces sous-compartiments en combinant théorie, modélisation et approches expérimentales. L’étudiant.e travaillera sur la partie expérimentale en utilisant des approches de microscopie de molécules uniques (PALM et Spt-PALM) pour étudier un modèle de sous-compartiment nucléaire bien caractérisé : les foyers formés par le regroupement des télomères chez S. cerevisiae aussi appelés foyers de silencing parce qu’ils favorisent la répression transcriptionnelle. Afin d’accéder à la dynamique de deux composants d’un même foyer simultanément, le.a doctorant.e développera la microscopie PALM/SPT en 2 couleurs.
    Dans une deuxième partie, il ou elle exploitera les mutants disponibles afin de mettre à jour les mécanismes de formation et maintenance de ces sous-compartiments.
    Ce projet est financé par le CNRS (80 prime), l’Institut de convergence Q-Life, la FRM et bénéficiera du soutien du Labex DEEP.
    1 Physical principles and functional consequences of nuclear compartmentalization in budding yeast. Miné-Hattab J, Taddei A. Curr Opin Cell Biol. 2019 Mar 28;58:105-113. doi: 10.1016/j.ceb.2019.02.005.

    Contexte de travail

    Notre équipe fait partie de l’UMR3664 "Dynamique du Noyau » une unité mixe entre le CNRS, l’Institut Curie (IC) et Sorbonne Université. Le candidat aura accès aux plateformes technologiques de l’Institut Curie et bénéficiera de l’expertise de Judith Miné-hattab (CRCN, CNRS dans l’équipe d’accueil) en microscopie de molécules uniques et de collaborations avec l’unité de physico-chimie de l’IC UMR168.

    Contraintes et risques

    Les candidat.e.s présélectionné.e.s seront invité.e.s pour un entretien à Paris à la fin du mois de Juin.
    La thèse sera rattachée à l’école doctorale Complexité du Vivant

    Informations complémentaires

    Le.a candidat.e devra être titulaire d’un diplôme d’ingénieur et/ou d’un master en biologie ou en biophysique, avoir de solides connaissances en microscopie, programmation, et en analyses statistiques, et être intéressé.e par les mécanismes fondamentaux qui régissent l’organisation du génome et du noyau. Le poste nécessite de bonnes aptitudes de communication orale et écrite en anglais pour présenter aux congrès et rédiger des articles dans des revues scientifiques. Nous recherchons une jeune chercheuse ou un jeune chercheur qui saura s’impliquer dans son projet, curieux.se, ayant une certaine autonomie et une forte motivation pour dévelop¬per des compétences en biophysique dans le domaine de l’organisation du noyau. De plus, le.a candidat.e devra être apte à travailler en équipe sur des projets pluridisciplinaires.
    Les candidatures devront inclure un CV détaillé ; au moins deux références (personnes sus¬ceptibles d’être contactées) ; une lettre de motivation d’une page ; un résumé d’une page du mémoire de master ; les notes de Master 1 ou 2 ou d’école d’ingénieur).
    La date limite pour l’envoi des candidatures est le 10/06/2019.
    Web emploi.cnrs.fr/Offres...
    Lors de votre postulation, veuillez vous référer à myScience.fr et indiquer la référence  JobID 13882.