POST-DOC : Simulations atmosphériques et optique adaptative (H/F)

 
Published
WorkplaceParis, Ile-de-France, France
Category
Position

Description

Centre National de la Recherche Scientifique

POST-DOC : Simulations atmosphériques et optique adaptative (H/F)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 29 avril 2021

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR8109-SYLDES-029
Lieu de travail : MEUDON
Date de publication : jeudi 8 avril 2021
Type de contrat : CDD Scientifique
Durée du contrat : 12 mois
Date d’embauche prévue : 1 juillet 2021
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : selon expérince entre 2728¤ bruts et 4323¤ bruts mensuels
Niveau d’études souhaité : Doctorat
Expérience souhaitée : Indifférent

Missions

L’équipe GRAVITY+ du laboratoire LESIA de l’Observatoire de Paris-PSL recherche un·e assistant·e de recherche post-doctoral·e pour travailler à des simulations atmosphériques et un système d’optique adaptative. L’assistant·e de recherche post-doctoral·e (ARPD) simulera l’effet des résidus de turbulence atmosphérique sur les observables interférométriques après correction par optique adaptative (adaptive optics, AO) et suivi de franges (fringe tracking, FT) et participera à l’intégration du nouveau système d’AO extrême en Europe et sur le Very Large Telescope (VLT) au Chili. Elle ou il sera membre du consortium GRAVITY+ et aura l’opportunité de participer à la science précoce de GRAVITY-wide. La personne retenue sera engagée initialement pour un an, renouvelable une seconde année sur la base de performances satisfaisantes .

Activités

Dans le contexte de GRAVITY-wide, les résidus de piston, tip/tilt et hauts ordres atmosphériques introduisent des pertes de performances dans les données interférométriques en raison de l’effet de cône, de l’angle isoplanétique et de l’angle isopistonique. L’ARPD étudiera les pertes de Strehl et/ou de contraste en fonction de la distance à l’étoile de référence jusqu’à - 30", sur la base d’arguments théoriques et de simulations numériques, en vue d’élaborer le plan d’étalonnage de telles données. À cette fin, l’ARPD aura accès à des données expérimentales sur le ciel et interagira avec d’autres membres du consortium (MPE Garching, institut PI ; Université of Cologne) ainsi que des partenaires (ESO).
En parallèle de cette étude, l’ARPD rejoindra l’équipe système AO menée par le laboratoire IPAG de Grenoble avec des experts du LESIA, du Laboratoire Lagrange, du CRAL, du MPE et de l’ESO. Elle ou il participera à l’intégration du nouveau système d’AO sur banc à Nice et sur le VLT à Paranal, avec une ample flexibilité pour s’impliquer sur les divers sous-systèmes, en particulier le RTC. L’ARPD sera membre de la collaboration GRAVITY+ et participera à la préparation et exploitation précoce du mode large champ de l’instrument.
L’ARPD sera affecté·e au LESIA à l’Observatoire de Paris-PSL. Elle ou il travaillera principalement avec :
  • Observatoire de Paris-PSL/LESIA: Thibaut Paumard, Yann Clénet, Éric Gendron
  • Observatoire de Grenoble/IPAG: Jean-Baptiste Le Bouquin
  • Observatoire de la Côte d’Azur/Lagrange: Florentin Millour, Olivier Lai
    L’ARPD collaborera également avec les membres du consortium GRAVITY+ et l’ESO.

    Compétences

    doctorat impliquant des simulations atmosphériques ou l’optique adaptative
    Fournir:
  • un CV
  • une lettre de motivation ;
  • une liste complète de publications et une liste séparée de publications en premier auteur ou première autrice ;
  • une attestation de diplôme de docteur ou, à défaut, la date de soutenance prochaine ;
  • deux lettres de références

    Contexte de travail

    L’Observatoire de Paris-PSL est l’un des plus grands centres astronomiques au Monde avec plus de 650 personnels permanents sur un total de 1000 personnes. Il héberge le LESIA (laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique, membre du consortium GRAVITY+). L’instrument GRAVITY et l’interféromètre du VLT (VLTI) ont transformé l’interférométrie optique avec des résultats spectaculaires sur le trou noir super-massif au centre de la Voie Lactée (cf. Prix Nobel de Physique 2020), les noyaux actifs des autres galaxies, et les exoplanètes. Avec les améliorations qu’il propose (suivi de frange hors-axe, AO extrême et étoile laser pour chacun des quatre unités de télescope (UT) de 8 m), GRAVITY+ ouvrira le ciel extragalactique à l’imagerie interférométrique à la résolution de la milliseconde d’angle, et donnera accès à des sources très faibles (K=22). GRAVITY+ mesurera la masse des trous noirs au c½ur de noyaux actifs de galaxie au travers d’âges cosmologiques et obtiendra des spectres et orbites d’exoplanètes de grande qualité.
    La contribution française, coordonnée par le LESIA, réunit les quatre laboratoires interférométriques français au sein d’un consortium international de première classe, dans une volonté d’implémenter et de tester les quatre unités du nouveau système d’AO hauts ordres. Le LESIA est responsable de plusieurs lots de travaux, incluant (1) la définition du plan d’étalonnage du mode hors axe large champ (? 20") du FT (GRAVITY-wide) et (2) l’implémentation du contrôleur temps réel (real-time computer, RTC) de cette AO. L’IPAG (Grenoble) est responsable du lot de travail système AO, le Laboratoire Lagrange (Nice) hébergera le banc d’intégration et le CRAL (Lyon) participera aux développements logiciels. GRAVITY-wide est en cours d’implémentation à Paranal et le déploiement de la nouvelle AO est prévu de 2022 à 2024, après intégrations et tests à Nice à partir de l’automne 2021 pour la première unité.

Web

In your application, please refer to myScience.fr and reference JobID 25638.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |