Doctorant en génétique moléculaire H/F

 
Published
WorkplaceMarseille, Provence-Alpes-Côte d’Azur, France
Category
Position
Centre National de la Recherche Scientifique

Doctorant en génétique moléculaire H/F

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : mardi 5 octobre 2021

Faites connaître cette offre !

Informations générales

Référence : UMR7288-MARTHI-007
Lieu de travail : MARSEILLE 09
Date de publication : mardi 14 septembre 2021
Nom du responsable scientifique : J.ROYET
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 1 janvier 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 ¤ brut mensuel

Description du sujet de thèse

Notre corps abrite des milliards de bactéries qui colonisent notre peau, nos poumons et notre intestin. L’effet bénéfique de certains de ces micro-organismes sur le développement et le fonctionnement de ces parties du corps a été bien documenté. Des études récentes montrent qu’en agissant sur le système nerveux, les bactéries intestinales, également appelées microbiote, peuvent également modifier le comportement des individus infectés (4). Cependant, les mécanismes cellulaires et moléculaires sous-jacents restent pour la plupart inconnus. Le laboratoire de Julien Royet utilise le modèle de la drosophile pour disséquer le dialogue moléculaire entre le microbiote et le système nerveux de l’hôte. Nous avons récemment montré que les mouches infectées ont un comportement altéré et démontré que le peptidoglycane bactérien modifie le comportement de la drosophile infectée en modulant la signalisation NF-kB dans les neurones octopaminergiques (1,2,5). En utilisant la génétique de la drosophile, l’édition du génome par CRISPR et les dernières technologies d’imagerie, l’étudiant recruté réalisera des expériences pour comprendre comment les bactéries modulent l’activité des neurones et comment cette modulation se traduit par des changements comportementaux. Compte tenu de la remarquable conservation évolutive des mécanismes de défense de l’hôte et des mécanismes neuronaux, nous pensons que les résultats obtenus devraient être d’une grande pertinence pour une compréhension approfondie des interactions bactéries-neurones dans des organismes autres que la drosophile et notamment chez les mammifères chez lesquels de telles analyses sont difficiles à mener.

Publications récentes du laboratoire hôte : 1. Kurz CL, et. al. Peptidoglycan sensing by octopaminergic neurons modulates Drosophila oviposition. Elife. 2017 Mar 7;6. pii : e21937.
2. Charroux B, et al. Les enzymes cytosoliques et sécrétées de dégradation du peptidoglycane chez la drosophile contrôlent respectivement les réponses immunitaires locales et systémiques au microbiote. Cell Host Microbe. 2018 Feb 14;23(2):215-228.e4.
3. Masuzzo A, et al, L’activation NF-?B dépendante du peptidoglycane dans un petit sous-ensemble de neurones octopaminergiques du cerveau contrôle l’oviposition des femelles. Elife. 2019 Oct 29;8:e50559. doi : 10.7554/eLife.50559.
4. Masuzzo A, Montanari M, Kurz L, Royet J. How Bacteria Impact Host Nervous System and Behaviors : Lessons from Flies and Worms. Trends Neurosci. 2020 Dec;43(12):998-1010.
5. Charroux B, Daian F, Royet J. Drosophila Aversive Behavior toward Erwinia carotovora carotovora Is Mediated by Bitter Neurons and Leukokinin. iScience. 2020 Jun 26;23(6):101152. doi : 10.1016/j.isci.2020.101152.
6. Martina M et J Royet. Impact des micro-organismes et des parasites sur les comportements de la drosophile contrôlés par les neurones Cells 2021, 10(9), 2350 ; ?url=https%3A%2F%2Fdoi.org%2F10.3390%2Fcells10092350&module=jobs&id=28161" target="_blank" rel="nofollow">https://doi.org/10.3390/cells10092350.

Contexte de travail

L’IBDM situé sur le Campus de Luminy, comprend environ 240 personnes titulaires Chercheurs, Enseignants-Chercheurs, Ingénieurs et Techniciens et non permanents CDD, Post doc, Doctorants, stagiaires répartis sur 21 équipes de recherches et 11 plateaux techniques et services.
L’IBDM est une unité mixte de recherche sous une tutelle du CNRS et de l’AMU, qui explore le domaine de la Biologie du développement et des pathologies qui y sont associées.
L’activité s’exercera au sein de l’équipe équipe « Host pathogen interaction in the Drosophila model» dirigée par Julien ROYET
L’équipe étant composée de plusieurs nationalités, la pratique de la langue anglaise est indispensable.

Contraintes et risques

RAS
In your application, please refer to myScience.fr and reference JobID 28161.