PhD synthèse organique et chémobiologie H/F (Dijon)

 
Published
WorkplaceDijon, Bourgogne, France
Category
Position
Centre National de la Recherche Scientifique

PhD synthèse organique et chémobiologie H/F (Dijon)

Cette offre est disponible dans les langues suivantes :
Français - Anglais

Date Limite Candidature : jeudi 14 juillet 2022

Informations générales

Référence : UMR6302-DAVMON-004
Lieu de travail : DIJON
Date de publication : jeudi 23 juin 2022
Nom du responsable scientifique : David Monchaud
Type de contrat : CDD Doctorant/Contrat doctoral
Durée du contrat : 36 mois
Date de début de la thèse : 3 octobre 2022
Quotité de travail : Temps complet
Rémunération : 2 135,00 ¤ brut mensuel

Description du sujet de thèse

La découverte récente de l’existence ces structures alternatives dans des régions clés de notre génome et transcriptome a ouvert la voie à des innovations thérapeutiques majeures. Parmi ces structures, les quadruplexes d’ADN (G4-DNA, au sein du génome) et d’ARN (G4-RNA, au sein du transcriptome) sont des acteurs primordiaux puisqu’ils participent à des événements cellulaires clés tels que le contrôle de l’expression des gènes, de la division cellulaire, de l’intégrité génomique, etc. Les G4s sont donc devenus des cibles privilégiées dans de nombreuses aires thérapeutiques, de l’oncologie aux maladies neurodégénératives. Dès lors, la conception de molécules spécifiques (ou ligands de G4) permet d’envisager l’utilisation thérapeutique des quadruplexes comme régulateurs des désordres génétiques susmentionnés.

Nos investigations ont récemment connu une accélération importante : en effet, nous développons depuis plusieurs années une série de ligands biomimétiques de quadruplexes d’ADN et d’ARN (nommés TASQ) utiles pour la détection (par imagerie moléculaire) et identification (par séquençage) des quadruplexes en cellules humaines. Ces outils moléculaires sont en cours de commercialisation ; nous travaillons donc à l’amélioration de leur synthèse, pour la rendre non seulement plus efficace mais aussi plus rapide et reproductible. Cette démarche de valorisation nous incite aussi à penser aux futurs développements des TASQs. Dans le cadre de ce projet de thèse, nous proposons donc d’élargir leur domaine d’application en les étendant à l’imagerie in vivo. Pour cela, nous allons travailler dans les domaines de la chimie organique pour modifier la structure chimique des TASQ afin d’optimiser leur performances (affinité, sélectivité, etc.) et accroitre leur versatilité (chélation de métaux d’intérêt pour l’imagerie, vectorisation, etc.) et de la biologie pour conduire des investigations in vitro visant à caractériser les molécules obtenues (imagerie cellulaire pour validation de cibles, imagerie nucléaire pour applications tissulaires et précliniques, etc.).

Contexte de travail

Notre laboratoire, au sein de l’équipe P2DA (Polyamines, Porphyrines, Développements & Applications) de l’ICMUB (CNRS UMR6302) à Dijon, est engagé depuis plusieurs années maintenant dans la synthèse et l’utilisation d’outils moléculaires multifonctionnels pour étudier les structures alternatives d’acides nucléiques (ADN et ARN) en cellules humaines.
In your application, please refer to myScience.fr and reference JobID 32930.