Découverte de nouveaux mécanismes à l’origine de la migraine

© Guillaume Sandoz, CNRS  Schéma montrant le mécanisme de transmission héréditai

© Guillaume Sandoz, CNRS Schéma montrant le mécanisme de transmission héréditaire lié à la migraine.

Paris, 17 décembre 2018

Des chercheurs du CNRS, d’Université Côte d’Azur et de l’Inserm ont mis en évidence un nouveau mécanisme lié à l’apparition de la migraine. En effet, une mutation génétique induit le dysfonctionnement d’une protéine normalement capable d’inhiber une activité électrique provoquant des crises migraineuses. Leurs résultats, publiés dans la revue Neuron le 17 décembre, ouvrent la piste pour l’élaboration d’antimigraineux.

Alors que 15% de la population adulte dans le monde est touchée par la migraine, aucun traitement curatif efficace sur le long terme n’a pour le moment été mis sur le marché. Les crises migraineuses sont liées, entre autres, à l’hyperexcitabilité électrique des neurones sensoriels. Leur activité électrique est contrôlée par des protéines génératrices de courant appelées canaux ioniques, et notamment par le canal TRESK qui a une fonction inhibitrice sur l’activité électrique. Or, les chercheurs ont montré qu’une mutation du gène codant pour cette protéine entraine sa scission en deux protéines dysfonctionnelles : l’une est inactive et l’autre, en ciblant d’autres canaux ioniques (K2P2.1) stimule fortement l’activité électrique des neurones, provoquant des crises migraineuses.

Si les chercheurs avaient déjà mis en évidence le caractère héréditaire des migraines, ils n’en connaissaient pas le mécanisme. En démontrant que la scission de TRESK induit l’hyperexcitabilité des neurones sensoriels et le déclenchement de la migraine, ces travaux, menés à l’Institut de biologie Valrose (CNRS/Inserm/Université Côte d’Azur), constituent une nouvelle piste de recherche pour l’élaboration d’antimigraineux. Ils font l’objet d’un brevet 1 : l’idée est de cibler les canaux K2P2.1 afin de réduire l’activité électrique des neurones, prévenant ainsi le déclenchement de migraines.

De plus, les chercheurs proposent que ce mécanisme inédit, provoquant la formation de deux protéines au lieu d’une seule, soit maintenant considéré pour étudier d’autres maladies liées à des mutations génétiques ainsi que pour leur diagnostic.

Schéma montrant le mécanisme de transmission héréditaire lié à la migraine.

Notes :

1 Brevet PCT/EP2018/067581 “Methods and compositions for treating migraine”

Références :

Migraine-associated TRESK mutations increase neuronal excitability through alternative translation initiation and inhibition of TREK. Perrine Royal, Alba Andres-Bilbe, Pablo Ávalos Prado, Clément Verkest, Brigitte Wdziekonski, Sébastien Schaub, Anne Baron, Florian Lesage, Xavier Gasull, Joshua Levitz, Guillaume Sandoz, Neuron , December 17, 2018.

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

  • 17 décembre 2018
    Projet "Grid Power for Sustainability" (GPS) : une première mondiale couplant 3 micro-grids en Ile-de-France pour tester des systèmes énergétiques intelligents
  • 17 décembre 2018
    Découverte de nouveaux mécanismes à l’origine de la migraine
  • 14 décembre 2018
    Les coraux menacés par un composant de nos crèmes solaires
  • 7 décembre 2018
    Des composants optiques capables d’optimiser le transport de l’énergie lumineuse
  • 7 décembre 2018
    Coopération spatiale entre la France et les Etats-Unis - La science française est sur Mars, à bord d’InSight, elle écoute le bruit du vent, une première mondiale !
  • 6 décembre 2018
    La cible majeure du VIH étudiée sous toutes ses coutures
  • 6 décembre 2018
    Silicose : une cible thérapeutique pour cette maladie en recrudescence ?
  • 5 décembre 2018
    Pollution : de nouvelles sources d’ammoniac détectées depuis l’espace