Écouter le trafic ferroviaire pour prévoir les séismes destructeurs

La faille de San Andreas en Californie

La faille de San Andreas en Californie

Écouter le trafic ferroviaire pour prévoir les séismes destructeurs

Habituellement considéré comme une source de pollution, le bruit des villes et en particulier celui du trafic routier et ferroviaire peut être utilisé comme un signal utile pour surveiller les failles sismiques actives situées à plusieurs kilomètres de profondeur.

Les processus de déformation qui précédent les séismes destructeurs restent encore relativement énigmatiques. Bien que les expériences de laboratoire prédisent que la rupture sismique devrait être précédée par une phase lente d’endommagement, aucune observation convaincante n’a permis de confirmer ces hypothèses sur des failles naturelles. De plus, d’autres questions fondamentales se posent comme de savoir si ces possibles précurseurs pourraient ou non donner une indication sur l’ampleur du tremblement de terre à venir.

Une des difficultés à laquelle les chercheurs se confrontent est liée à l’impossibilité de sonder directement le coeur des failles actives à plusieurs kilomètres de profondeur. Le projet ERC FaultScan (2019-2024) porté par Florent Brenguier ( ISTerre - UGA /CNRS / USMB / IRD / IFSTTAR ) propose de développer de nouvelles approches pour scanner l’intérieur des zones de failles naturelles à partir uniquement de l’écoute du bruit de fond sismique et du déploiement de réseaux denses de capteurs sismiques.

Une première étude issue de l’analyse de données préliminaires acquises en 2018 en Californie montre que, habituellement considéré comme une source de pollution, le bruit des villes et en particulier du trafic routier et ferroviaire peut être transformé en un signal utile pour échographier les failles sismiques. Cette étude utilise en particulier le bruit des trains géants de marchandise de Californie du Sud qui génèrent des vibrations sismiques lors de leur passage équivalent à un séisme de magnitude 2.

L’étude démontre qu’il est possible de transformer cette source apparemment aléatoire de signaux sismiques en une source sismique virtuelle impulsive générant des ondes qui sondent la faille de San Andreas à plusieurs kilomètres de profondeur. Cette nouvelle approche peut être utilisée pour surveiller la majeure partie du système de faille de San Andreas en utilisant le réseau ferroviaire et routier de la Californie. Habituellement considéré comme une source de pollution, le bruit des villes et en particulier celui du trafic routier et ferroviaire peut être utilisé comme un signal utile pour surveiller les failles sismiques actives s...

La compréhension des bases métaboliques de l’embryogenèse est l’un des enjeux de la biologie du développement. La crête neurale est une structure propre aux vertébrés constituée de cellules multipotentes présentes de man...

En étudiant la lumière diffusée par le disque de débris autour de l’étoile HR4796A à l’aide de l’instrument SPHERE qui équipe le Very Large Telescope (VLT) au Chili, une équipe internationale de chercheurs appartenant no...

The Conversation junior : "Yasmine, 12 ans : Pourquoi les hommes pensent que les femmes sont moins fortes ?"

Si l’on parle force physique, il est vrai qu’en moyenne, les hommes sont plus forts, mais « être fort » ce n’est pas qu’une histoire de muscles.

Train traffic as a powerful noise source for monitoring active faults with seismic interferometry
Brenguier, F., Boué, P., Ben’Zion, Y., Vernon, F., Johnson, C. W., Mordret, A., et al
Geophysical Research Letters, 46.

newsroom.univ-grenob­le-alpes.fr/sciences-et-technologies/ecouter-le-trafic-ferroviaire-pour-prevoir-les-seismes-destructeurs-549525.kjsp’RH=1473155635573


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |