16 lauréates et lauréats au Concours Innovation 2023

  • Réussites


Le mardi 4 juillet 2023 s’est tenue la cérémonie de remise des prix des lauréats du Concours d’innovation 2022-2023, 16 créateurs et créatrices d’innovation de Sorbonne Université ont été distinguées.

i-PhD

Le volet i-PhD s’adresse aux jeunes chercheurs et vise à valoriser leurs travaux pour créer ou co-créer des startups en rupture technologique, en lien avec les structures de transfert de technologie et les laboratoires de recherche publique. Chaque lauréat bénéficie, outre une mise en visibilité, d’un programme d’accompagnement lui permettant d’accélérer son projet (mentorat, accès privilégié à la bourse French Tech avec un seuil d’intervention bonifié, temps forts immersifs dans l’écosystème deep tech, outils de promotion pour les Grands Prix).

Chloé DUPUIS - Physique et Mécanique des Milieux Hétérogènes (PMMH) Un nouvel enjeu en biotechnologies consiste à fabriquer des nouveaux modèles cellulaires 3D pour remplacer les animaux pour le développement de médicaments. Un des modèles envisagés est l’organoïde, un modèle d’organe miniaturisé, fait de cellules humaines.

Grâce à la lévitation acoustique, Acoustic Levitation for Organoids and tissue Engineering (ALOE) a réussi à structurer et à cultiver des organoïdes à partir de différents types cellulaires et notamment des organoïdes cérébraux pouvant servir de modèles pharmacologiques pour les maladies neurodégénératives comme Parkinson ou Alzheimer.

Josep SÁNCHEZ CHIVA - Laboratoire de Génie Electrique et Electronique de Paris Augmenter l’autonomie des Dispositifs Médicaux lmplantables Actifs (DMIA) représente un enjeu majeur pour le suivi des patients.

La limitation principale des DMIA demeure liée à la durée de vie de la batterie, dont la taille peut représenter jusqu’à 90% du volume de l’implant. Cela restreint les applications des DMIA, notamment lorsqu’ils ont besoin d’être implantés en profondeur dans le corps humain.

Le projet BIOMMS (BIOMedical MicroSources) vise à la création de micro-sources d’énergie pour télé-alimenter une nouvelle génération de DMIA sans batterie.

Edmond BARATTE - Laboratoire de Physique des Plasmas Le projet CYCLES vise à utiliser une source plasma innovante et des catalyseurs de chimie classique pour recycler du dioxyde de carbone CO2 en méthane CH4 en utilisant de l’hydrogène H2 et ainsi produire du gaz de ville neutre en CO2.

Charles CAVANIOL - Laboratoire PASTEUR Les thérapies cellulaires ont récemment révolutionné le traitement de nombreux cancers du sang, cependant les limites actuelles de leurs fabrications sont à l’origine de leurs prix exorbitants limitant ainsi leur démocratisation, seulement 2% des patients y ayant actuellement accès.

Grâce à notre technologie brevetée DACS, nous avons pour ambition de révolutionner le tri et l’activation des cellules immunitaires, étape clé de la fabrication des thérapies cellulaires.

Charlotte GAVIARD - BIOCORE Les biotechnologies bleues sont en pleine expansion pour leurs engagements vers une économie durable. En ce sens, le développement de la filière microalgue est essentiel et prometteur. Néanmoins, à l’instar de l’agriculture moderne, il est nécessaire de sélectionner des microorganismes plus performants.

Le projet DareWin Evolution, propose via une approche innovante de sélection darwinienne dynamique d’augmenter naturellement la productivité des microalgues pour la production de molécules d’intérêt. Les preuves de concept montrent qu’il est possible d’obtenir des gains supérieurs à 2 après quelques mois de sélection.

Laura GALEZOWSKI - PASTEUR UMR8640 Aujourd’hui la lutte contre les maladies infectieuses nécessite le développement de tests rapides afin de limiter l’apparition d’antibiorésistances. Les méthodes actuelles de diagnostic demandent plusieurs jours pour produire des résultats fiables.

L’ambition de ce projet est de développer un kit d’outils de diagnostic permettant d’obtenir une détection spécifique de différentes bactéries pathogènes en moins d’une heure.

La technologie MagSensor basée sur une nouvelle génération de biocapteur permettra d’adapter plus rapidement le traitement des patients.

Marielle PERE - Équipe projet BIOCORE - Centre INRIA d’Université Côte d’Azur Alors même que le cancer représente la seconde cause de mortalité dans le monde, la recherche en pharmacologie peine à trouver des traitements efficaces. Le développement de médicaments anti-cancéreux est le domaine thérapeutique au taux de succès le plus bas. Ce manque d’efficacité des thérapies ciblées en oncologie est dû aux mécanismes moléculaires de résistance non-génétique, ces mécanismes sont des cibles potentielles de combinaison thérapeutique.

La technologie développée par CellEmax, couplant imagerie de cellules vivantes et apprentissage automatique permet l’identification de ces cibles moléculaires et est la clé pour concevoir des combinaisons thérapeutiques rationnelles, garantissant le succès des immunothérapies en développement. L’objectif de la start-up est de commercialiser ces cibles et l’accès à ses technologies de pointe.

Clémence GENTNER - Laboratoire Kastler Brossel Bien qu’essentielles, les analyses chimiques rapides représentent un défi de taille. Par exemple, les procédures de diagnostic ont recours à de fastidieuses et invasives préparations des biopsies, entraînant des retards dans les parcours de soins ainsi que des milliards d’euros de pertes par an.

Le projet rAIman surmonte ces inefficacités en combinant l’effet optique Raman avec des approches computationnelles, levant des limitations majeures à de nombreux problèmes nécessitant de la caractérisation chimique rapide.

Lucie Marie Fatouma RIES - Laboratoire de Physique de l’Ecole Normale Supérieure (LPENS) L’accès à l’eau potable constitue l’une des problématiques majeures de ce siècle. Les ressources d’eau salée pourraient constituer une source quasi-infinie d’eau potable, mais leur dessalement reste coûteux et contraignant du point de vue technique, limitant ainsi son déploiement à l’échelle locale.

La technologie RealEase propose d’aider les industriels du dessalement à baisser les coûts d’opération et de maintenance. La vision de l’équipe RealEase est de participer à une dynamique globale d’accès à l’eau potable à toutes les échelles.

i-Lab

Le volet i-Lab du concours valorise les résultats de la recherche publique à travers la création d’entreprises de technologies innovantes. Il finance les meilleurs projets de recherche et de développement pour la finalisation du produit, procédé ou service technologique innovant, grâce à une aide financière importante et un accompagnement adapté.

Alexandre STEGNER

Amphitrite fusionne de multiples données satellitaires et in-situ, grâce à l’intelligence artificielle, pour fournir des données océaniques fiables et des solutions innovantes afin de prendre les bonnes décisions en mer. Le transport maritime représente actuellement 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre dans le monde. Aujourd’hui, chaque tonne de CO2 non émise compte !

La connaissance fine des courants de surface permet un routage très précis des navires marchands, au jour le jour, et de réduire les émissions de 5 à 10 % sur certains trajets. Dans le routage classique, les acteurs cherchent à éviter les grosses tempêtes. Notre objectif, c’est de regarder à plus petite échelle pour bien positionner le navire, éviter les courants de face et bénéficier des courants porteurs. Ce projet va nous permettre de développer un modèle de prévision, à l’horizon d’une semaine, qui utilise de multiples données satellites pour décrire la surface océanique avec une fiabilité et une précision inégalée.

PEPKON - Peptides thérapeutiques « first-in-class » pour le traitement de cancers incurables ou à mauvais pronostic

Jonathan LEVY

PepKon (acronyme de Peptide Killing Oncology) a été fondée en 2022 par le Professeur Philippe Karoyan, Jean Pascal Tranié et le Groupe Prunay. Florence Allouche et Jonathan Levy ont renforcé l’équipe pour valoriser les résultats prometteurs issus de dix années de recherche académique et lancer le développement pharmaceutique de cette approche thérapeutique disruptive. PepKon développe des peptides « first in class » qui déclenchent un mécanisme d’action original.

Composés d’acides aminés naturels, ils miment le domaine C-terminal de la thrombospondine-1, une protéine endogène ligand du récepteur membranaire CD47. En se liant à CD47, ces peptides agonistes déclenchent une mort cellulaire dépendante du calcium, indépendante des caspases et une activité immunogène remarquable. La démonstration a été faite que cette mort cellulaire était parfaitement sélective des cellules cancéreuses, sans toxicité pour les cellules saines. Les peptides de PepKon sont solubles et stables dans le sang. Leur production à grande échelle est maitrisée.

Le premier programme de développement de PepKon cible la leucémie lymphoïde chronique (LLC), leucémie la plus fréquente (25 %), dont l’incidence (100 000/an) et la mortalité (40 000/an) mondiales ne cessent d’augmenter. Cette maladie reste, à ce jour, incurable, avec des rechutes systématiques. Les dernières stratégies thérapeutiques (immunochimiothérapies, thérapies ciblées) entraînent des toxicités importantes et induisent des résistances.

Dans la LLC, l’efficacité des candidats-médicaments de PepKon a été démontrée in vivo sur des modèles murins et in vitro sur des tumeurs de patients réfractaires aux traitements de référence sans aucune toxicité hématologique. Enfin, sur des modèles murins de vaccinations prophylactique et thérapeutique, ils assurent une régression complète des tumeurs et déclenchent une mémoire immunogénique prévenant les récidives.

Plusieurs collaborations académiques et industrielles ont été mises en place pour tester les candidats médicaments de PepKon, démontrant leur efficacité dans d’autres types de leucémies et de cancers solides.

L’approche thérapeutique innovante de PepKon représente une opportunité unique de guérir des patients atteints de cancers incurables, orphelins et pédiatriques.

METHYS Dx propose une solution diagnostique innovante pour le suivi des patients atteints de cancers, qui permet, à partir d’une simple prise de sang, d’évaluer l’efficacité des traitements et de détecter les récidives.

Plus de 50 millions de personnes dans le monde souffrent d’un cancer diagnostiqué au cours des 5 dernières années. La survie, ainsi que la qualité de vie de ces patients, dépendent de décisions thérapeutiques personnalisées, basées sur une caractérisation fine du cancer et de ses évolutions.
METHYS Dx est spécialisée dans le développement de nouvelles technologies dédiées à la médecine personnalisée en oncologie. L’approche de METHYS Dx est doublement innovante, car elle s’appuie d’une part sur la découverte de signatures universelles spécifiques de différents cancers, basées sur des marqueurs de méthylation propriétaires et d’autre part sur le développement d’une technologie unique de détection combinant à la fois haut débit, sensibilité et fortes capacités de multiplexage.

La combinaison de ces deux technologies va ainsi permettre à METHYS Dx de proposer des tests extrêmement sensibles et précis. Le projet Onco-Me vise à commercialiser ces tests innovants pour le suivi des cancers digestifs (cancers du côlon, du pancréas et de l’estomac), à partir d’une simple prise de sang (biopsie liquide). Grâce à l’approche disruptive développée par METHYS Dx, Onco-Me offre des possibilités de détection et de précision inégalées ouvrant la possibilité d’un suivi régulier, fiable et à moindre coût, des patients atteints de cancer.

L’ambition de METHYS Dx est de devenir un acteur majeur du diagnostic en oncologie, grâce à ses outils non-invasifs de détection et de caractérisation de cancers, qui contribueront à l’avenir à améliorer la prise en charge des patients atteints de cancer.

Augmenter et standardiser le taux de réussite de la fécondation in-vitro grâce à des technologies de nouvelle génération L’infertilité est une préoccupation croissante à l’échelle mondiale, reconnue comme un problème de santé publique par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle affecte environ 17,5 % de la population adulte mondiale, soit plus d’une personne sur six au cours de sa vie. Parmi les différentes techniques d’Assistance médicale à la Procréation (AMP) pouvant être proposées aux couples infertiles, la plus largement utilisée est la fécondation in-vitro (FIV), souvent associée à la micro-injection du spermatozoïde (ICSI). Depuis son apparition, plus de huit millions d’enfants sont nés grâce à cette technique, ce qui représente aujourd’hui 1 enfant sur 30 en France. Chaque année, plus de 3 millions de cycles de FIV sont réalisés à travers le monde, et ces chiffres sont en constante augmentation.

Malgré des progrès significatifs, de nombreux couples infertiles sont encore confrontés à l’échec de l’implantation, et moins de 10 % des embryons conçus in-vitro s’implantent avec succès. Les résultats varient considérablement d’un laboratoire à un autre, avec un taux de réussite mondiale d’environ 25 %. En France, la moyenne nationale est de 28 %, mais peut varier entre 17 % et 48 % suivant les centres de FIV. L’origine de ce faible rendement et de cette grande variabilité est la nature encore artisanale de la procédure, introduisant une multitude de sources de variabilités et d’incertitudes. Les technologies utilisées ont peu évolué au cours des 30 dernières années. Il s’agit d’opérations essentiellement manuelles, demandant une dextérité fine et ainsi très dépendantes de la performance des opérateurs.

Optobots propose de révolutionner les techniques de laboratoire pour la FIV par l’utilisation de technologies robotiques innovantes et brevetées, permettant l’automatisation et l’assistance aux opérateurs. Notre approche optimisera les étapes et le temps passé par les opérateurs, réduira la variabilité des résultats, et permettra d’augmenter le taux de réussite et le rendement des centres de FIV pour le bénéfice des patients.

La technologie est le fruit de plus de 10 ans de recherche en robotique sur la manipulation d’objets biologiques à l’Institut des Systèmes Intelligents et de Robotique (ISIR) de Sorbonne Université et plus récemment d’un partenariat avec le centre d’AMP de l’Hôpital Tenon. Le projet bénéficie du soutien de Sorbonne Université, de l’AP-HP, de la SATT Lutech et de CNRS innovation.

Notre ambition est d’amener une transition du secteur de l’assistance médicale à la procréation de son état actuel proche de l’artisanat vers l’industrie 4.0, à travers l’automatisation, la robotique et l’assistance aux opérateurs.

i-Nov

Le volet i-Nov soutient des projets d’innovation au potentiel particulièrement fort pour l’économie française portés par des start-ups et des PME, afin de favoriser l’émergence d’entreprises leaders pouvant prétendre à une envergure mondiale. Il permet de cofinancer des projets de recherche, développement et innovation, dont les coûts totaux se situent entre 1 et 5 millions d’euros, et de contribuer à l’accélération du développement et de la mise sur le marché de solutions innovantes, à fort contenu technologique. Il est co-piloté par le ministère de la Transition écologique et le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance et opéré par Bpifrance en collaboration avec l’Ademe.

Le projet vise à développer une plateforme logicielle de cybersécurité, qui allie des technologies d’IA, d’hypervision et intègre une solution innovante de Network Detection & Response (NDR).

Spécialisée dans l’édition de logiciels de cybersécurité, CYBLEX Technologies est experte en sécurité des systèmes d’information et de protection des réseaux qui allie de l’Intelligence Artificielle, de l’Analyse Comportementale, de la Threat Intelligence et d’hypervision, pour aider les entreprises à mieux détecter les attaques informatiques.

Le projet CYSTOCY LAB vise à développer une plateforme SaaS dédiée à la prévention des attaques informatiques qui intègre une solution innovante de NDR avancée (Network Detection & Response) afin de cartographier l’infrastructure IT d’un client et de créer une plateforme de génération de jeu de données de menaces réseau et de tests de réactivité des IA en conditions réelles.

Cette solution inédite dans le domaine de la cybersécurité apportera une visibilité à l’échelle du réseau pour détecter le comportement d’attaquants possiblement cachés, ciblant les infrastructures physiques, virtuelles et du cloud.

Démocratiser l’accès Cloud aux ordinateurs quantiques universel et sans erreur d’ Alice&Bob Alice&Bob construise le premier ordinateur quantique universel et sans erreur pour résoudre certains des problèmes les plus difficiles à résoudre aujourd’hui. Notre technologie basée sur les qubits de chat autocorrecteurs apporte une solution au plus grand obstacle auquel sont confrontés les ordinateurs quantiques aujourd’hui : les erreurs de calcul.

Le projet CLOUDCAT permet la mise à disposition de l’ordinateur quantique d’Alice&Bob via le cloud, afin de soutenir pour toutes les audiences la prise en main de cette technologie. Cette prise en main nécessite trois phases : l’estimation de ressource nécessaire pour l’algorithme, sa simulation et son exécution sur un QPU d’Alice&Bob. Alice&Bob va concevoir et implémenter les différents outils permettant aux utilisateurs de réaliser ces trois phases sans friction, permettant ainsi de résoudre des problèmes d’optimisation de haute complexité telles que les modèles d’évolution des climats ou les algorithmes de cryptographie.

Basecamp Vascular - BCV développe une gamme innovante de dispositifs médicaux pour les thérapeutiques mini-invasives.

Enjeu de santé publique majeur, l’AVC est la première cible du système Gecko. Cette solution active et robotisée est basée sur la technologie des Activateurs à Mémoire de Forme, technologie unique sur le marché. BCV est le premier acteur mondial à développer une solution de cathéters mécatroniques compatible avec des systèmes robotisés et un guidage imagerie temps-réel. Un premier essai clinique en 2022 a validé la sécurité du premier dispositif développé par BCV.

Le projet GECKO+, soutenu par le concours d’innovation i-Nov vague 9, va permettre d’améliorer la navigation endovasculaire et endoscopique pour faciliter de très nombreuses interventions mini-invasives.