Dépister la tuberculose chez les enfants atteints de pneumonie

Le 24 mars de chaque année, l’Organisation Mondiale de la Santé célèbre la Journée mondiale de lutte contre la tuberculose. En 2019, le thème « il est temps » insiste sur l’urgence à agir pour mettre fin à cette épidémie. L’occasion pour l’université de Bordeaux de lancer son étude TB Speed sur la pneumonie dans 6 pays.

C’est un 24 mars (1882) le Dr Robert Koch a annoncé qu’il avait découvert le bacille à l’origine de la tuberculose , ouvrant ainsi la voie au diagnostic et au traitement de cette affection mortelle.  Pourtant près de 140 ans plus tard, la tuberculose demeure la maladie infectieuse la plus meurtrière au monde. Bien que cette maladie soit évitable et curable, trop d’enfants n’ont encore pas accès au traitement et décèdent tout simplement par absence de diagnostic . C’est justement pour lutter contre la tuberculose infantile qu’a été initié en septembre 2017 le projet de recherche   TB Speed. En résonance avec le thème «  il est temps  » de la journée mondiale 2109 de lutte contre la tuberculose, l’étude TB-Speed Pneumonie vient d’être lancée dans 6 pays: Cambodge, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mozambique, Ouganda et Zambie. Elle prévoit d’évaluer une stratégie de détection systématique de la tuberculose chez les enfants atteints de pneumonie sévère . Chez ces enfants, la tuberculose n’est que rarement détectée ou détectée tardivement, contribuant ainsi à accroitre la mortalité de cette population déjà vulnérable. L’essai diagnostique TB-Speed Pneumonie mettra en oeuvre un dépistage de la tuberculose dès l ’admission à l’hôpital au travers d’un nouveau test moléculaire «Xpert Ultra», effectué à la fois sur un échantillon respiratoire (aspirationnaso-pharyngée) et sur un échantillon de selles, immédiatement suivi par un traitement antituberculeux en cas de résultat positif. Cette étude inclura 3800 enfants de moins de 5 ans se présentant à l’hôpital avec une pneumonie sévère.
Tous les enfants seront traités pour la pneumonie selon le standard de soins de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), qui comprennent des antibiotiques par voie intraveineuse et une oxygénothérapie.
La moitié d’entre eux bénéficiera de la stratégie de dépistage, pendant que l’autre moitié suivra les procédures habituellement en place au sein de l’hôpital constituant ainsi le bras contrôle de l’étude. L’objectif final est de déterminer l’impact de la stratégie sur la réduction de la mortalité chez les enfants atteints de pneumonie sévère.

Retrouvez une interview exclusive d’Olivier Marcy , médecin épidémiologiste à l’université de Bordeaux et directeur de TB Speed dans le nouveau numéro de U, le magazine de l’université de Bordeaux , à paraitre début avril 2019.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |