ERC Consolidator Grants 2019 : six lauréats pour Univ. Grenoble Alpes

Le Conseil européen de la recherche (ERC) a annoncé, le mardi 10 décembre 2019, les lauréats des ERC Consolidator Grants 2019 avec 6 Grenoblois parmi les 43 lauréats hébergés en France dont une lauréate en sciences humaines et sociales. Les ERC sont des marqueurs forts de l’excellence de la recherche. Après avoir passé la barre des 100 bourses en avril dernier, ces 6 nouvelles bourses (14% des lauréats français) renforce la position d’Univ. Grenoble Alpes parmi les sites les plus dotés de France.

L’appel « Consolidator » s’adresse aux chercheurs expérimentés ayant obtenu leur doctorat depuis 8 à 12 ans et a pour objectif de leur permettre de consolider leurs travaux de recherche.

Cette année 301 projets ont été retenus en Europe (sur 2453 candidatures) pour 600 millions d’euros. Avec 43 projets retenus, la France se classe à nouveau en 3e position (sur 24 pays représentés), après l’Allemagne (52 lauréats) et le Royaume-Uni (50 lauréats).

Qui sont les lauréats grenoblois ?

Alexis Carlotti, astronome-adjoint (UGA) à l’Observatoire des sciences de l’Univers de Grenoble (OSUG), affecté à l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble (IPAG - CNRS/UGA)

EXACT: Exoplanet Adaptive Characterization with the ELT
Le premier objectif d’EXACT consiste à préparer les observations de l’instrument ELT-HARMONI en déterminant ses performances ultimes en matière de spectro-imagerie directe d’exoplanètes grâce à une réplique en laboratoire de cet instrument. Le second objectif est de poser les bases d’un futur instrument de l’ELT capable de repousser nos limites de détection et d’étudier les atmosphères de planètes de type terrestre, en développant un nouveau type de spectromètre haute résolution, ainsi qu’un dispositif s’adaptant aux changements du miroir primaire de l’ELT et aux objectifs scientifiques.

Benoit Cerutti, chargé de recherche CNRS à l’Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble / OSUG (IPAG - CNRS/UGA).

SPAWN: Simulating particle acceleration within black hole magnetospheres
Le projet SPAWN propose de modéliser les magnétosphères de trous noirs à l’aide de simulations globales ab-initio de type particle-in-cell. L’objectif est de produire le tout premier modèle auto-cohérent d’une magnétosphère de trou noir en rotation. Ce travail sera essentiel pour interpréter les observations actuelles et futures du trou noir central de la galaxie et des trous noirs supermassifs proches avec l’instrument Gravity et l’Event Horizon Telescope.

Marie-Aude Méasson, chargée de recherche CNRS à l’Institut Néel (CNRS)

HiggS²: HiggS mode in Superconductors
La physique des matériaux quantiques et la physique des particules présentent parfois de riches analogies, telle que l’existence d’un boson ou mode de Higgs. Leur observation est, en effet, un challenge pour ces deux communautés de physiciens. Le projet a pour but d’étudier un tel mode de Higgs dans l’état supraconducteur, à la fois pour l’identifier mais aussi pour l’utiliser comme sonde d’états supraconducteurs non-conventionnels.

Benjamin Sacépé, chargé de recherche CNRS à l’Institut Néel (CNRS)

SUPERGRAPH: Topological Superconductivity in Graphene
Ces dernières années, beaucoup de travaux de la communauté scientifique de la matière condensée se sont concentrés sur les systèmes hybrides couplant les supraconducteurs à divers états topologiques de la matière. Un tel couplage hétérogène est essentiel pour permettre l’émergence de nouvelles excitations - le Majorana ou le parafermion - qui pourraient être utilisées comme bits quantiques (qubits) avec des propriétés uniques de non-localité et d’immunité aux perturbations externes, essentielles pour coder et manipuler des informations quantiques dans une mode robuste et stable. Ce projet vise à démontrer un nouvel isolant topologique, l’isolant topologique Hall quantique qui émerge dans le graphène comme plate-forme idéale pour la supraconductivité topologique. Une manipulation cohérente des bits quantiques Majorana dans des dispositifs hybrides sera effectuée, fournissant une percée majeure dans la voie des ordinateurs quantiques tolérants aux erreurs.

Anne Socquet, physicienne des Observatoires (UGA) à l’Observatoire des sciences de l’Univers de Grenoble (OSUG), affectée à l’Institut des Sciences de la Terre (ISTerre - CNRS/IFSTTAR/IRD/UGA/USMB)

DEEP-trigger: Preparation of subduction Earthquakes: Slow, Deep, Large-scale trigger?
Le projet DEEP-trigger adresse une question encore non résolue : les grands séismes de subduction sont-ils précédés d’une phase préparatoire - Les zones de subduction récemment touchées par des séquences de tremblements de terre seront étudiées avec une perspective spatiale et temporelle élargie. Tous les observables disponibles seront exploités conjointement et seront systématisées grâce à l’apprentissage machine, avec notamment pour objectif d’isoler les processus clés cachés dans ces grands ensembles de données. Les mécanismes physiques à l’origine de la déstabilisation de l’interface de subduction seront explorés par la modélisation.

Sonja Zmerli, professeure des universités (science politique) à Sciences Po Grenoble rattachée à Pacte, laboratoire de sciences sociales (CNRS/Sciences Po Grenoble/UGA)

POLINEQUAL: The Politicisation of Economic Inequality: The Impact of Welfare Regimes, Elites’ Discourse and Media Frames on Citizens’ Perceptions, Justice Evaluations and Political Behaviour
POLINEQUAL vise à étudier les causes et les mécanismes qui motivent les citoyens à répondre aux inégalités économiques. Sur le plan conceptuel, POLINEQUAL repose sur les hypothèses suivantes : 1) les perceptions de l’inégalité économique sont biaisées parce qu’elles sont influencées par les évaluations de la justice distributive et ne reflètent donc pas les niveaux objectifs de l’inégalité économique ; 2) les perceptions de l’inégalité économique sont fondées sur des faits et des indices idéologiques, les représentations médiatiques ou heuristiques personnelles, 3) les perceptions et les évaluations sont malléables dans la mesure où l’inégalité économique est politisée et devient politiquement saillante, et 4) les perceptions et les évaluations politiquement saillantes de l’inégalité économique suscitent des réactions émotionnelles, attitudinales et comportementales.

Univ. Grenoble Alpes toujours dans la course aux ERC

Depuis 2007, date de création des bourses ERC, le site grenoblois est le plus primé hors Île-de-France avec 113 ERC, dont 48 Starting Grants, 26 Consolidator Grants, 26 Advanced Grants, 11 Proof of Concept et 2 Synergy Grant. Ces derniers résultats obtenus par des chercheur(e)s du site, confirment cette position de leader. Le nombre de lauréats à des bourses ERC est en effet un indicateur fiable de l’excellence de la recherche en Europe et à Grenoble.

Ces résultats sont également une belle illustration de l’importance du programme de soutien FOSTERING Science, co-financé par l’IDEX Université Grenoble Alpes et institué par l’alliance des 8 partenaires GIANT (CEA, CNRS, EMBL, ESRF, ILL, GEM, Grenoble INP, UGA) pour susciter et accompagner les candidatures aux bourses européennes ERC. Ce programme offre aux chercheur(e)s du site une prise de conscience des potentialités de ces financements. Il donne aussi la possibilité d’évaluer leurs propres conditions d’éligibilité mais également une information documentée et une aide solide pour leurs candidatures afin de garantir au maximum leurs chances de réussite.

Une lauréate en sciences humaines et sociales, un suivi personnalisé qui porte ses fruits

Alors que le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation souhaite renforcer les dispositifs d’accompagnement des chercheurs et chercheuses en sciences humaines et sociale (SHS) aux appels ERC pour les années à venir, FOSTERING Science met en place depuis 2015 des actions spécifiques à destinations de ces porteurs de projets en SHS.
De l’identification des candidats et de l’analyse conjointe de leur potentiel, au suivi personnalisé pour les motiver et les accompagner tout au long du processus d’évaluation, autant d’actions qui permettent une stimulation croissante des candidats SHS.

Le Conseil européen de la recherche (ERC) a annoncé, le mardi 10 décembre 2019, les lauréats des ERC Consolidator Grants 2019 avec 6 Grenoblois parmi les 43 lauréats hébergés en France dont une lauréate en sciences humai...

Depuis 50 ans, la théorie de la « descente du larynx » avance qu’une position basse du larynx est nécessaire pour produire des voyelles différenciées, préalable à l’apparition de la parole, datée alors à 75 000 ans. Les...

The Conversation : "La parole ne serait pas apparue avec Homo sapiens, et ce sont les singes qui nous le disent"

Depuis plus de 50 ans, on pensait que les singes n’étaient pas capables de parler à cause d’une différence anatomique au niveau de la gorge. Les études récentes prouvent que cette théorie est fausse.

The Conversation : "Examining how primates make vowel sounds pushes timeline for speech evolution back by 27 million years"

Spoken language in humans is an intricately woven string of syllables with consonants appended to the syllables’ core vowels, so mastering vowels was a key to speech emergence. We believe that our multidisciplinary findi...

newsroom.univ-grenob­le-alpes.fr/sciences-et-technologies/erc-consolidator-grants-2019-six-laureats-pour-univ-grenoble-alpes-603030.kjsp’RH=1473155635573


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |