Et si les mini-Neptunes étaient des planètes océans irradiées?

    -     English

Une grande partie des exoplanètes connues aujourd’hui sont des « super-Terres », de 1,3 rayon terrestres, et des « mini-Neptunes », de 2,4 rayons terrestres. Ces dernières, moins denses, ont pendant longtemps été considérées comme des planètes gazeuses, constituées d’hélium et d’hydrogène. Des scientifiques du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (CNRS/Aix-Marseille Université/Cnes) 1 ont exploré une nouvelle piste selon laquelle la faible densité des mini-Neptunes pourrait s’expliquer simplement par la présence d’une épaisse couche d’eau soumise à un intense effet de serre en raison de l’irradiation émanant de leur étoile hôte. Ces résultats, qui viennent d’être présentés dans The Astrophysical Journal Letters, démontrent que les mini-Neptunes pourraient être des super-Terres au coeur rocheux, entourées d’eau à l’état supercritique 2 . Ils suggèrent que ces deux types d’exoplanètes se formeraient de manière similaire. Une autre étude publiée récemment dans Astronomy & Astrophysics et impliquant principalement en France des scientifiques du CNRS et de l’université de Bordeaux 3 , s’est elle intéressée à l’influence de l’irradiation stellaire sur le rayon de planètes aux dimensions semblables à celles de la Terre et contenant de l’eau. Selon leurs travaux, la taille des atmosphères de ces planètes gonfle considérablement lorsqu’elles sont soumises à un fort effet de serre, allant dans le même sens que l’étude sur les mini-Neptunes. De futures observations permettront de vérifier ces nouvelles pistes ouvertes par les scientifiques français, qui apportent des contributions majeures dans le domaine des exoplanètes.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |