Gilles Chabrier reçoit la médaille d’or 2024 de la Royal Astronomical Society

Portrait de Gilles Chabrier
Portrait de Gilles Chabrier
Gilles Chabrier, astrophysicien connu pour ses travaux sur les naines brunes, rejoint aux côtés de John-Michael Kendall, géophysicien de l’Université d’Oxford, les récipiendaires de la prestigieuse médaille d’or de la Royal Astronomical Society (RAS - Société royale d’astronomie du Royaume-uni), parmi lesquels figurent Albert Einstein, Edwin Hubble ou encore Stephen Hawking.

Directeur de recherche émérite au CNRS, membre du Centre de recherche en astrophysique (CRAL) à l’ENS de Lyon et professeur à l’université d’Exeter, Gilles Chabrier est récompensé pour ses exceptionnelles contributions à la compréhension de la physique des plasmas astrophysiques, à l’astrophysique stellaire et planétaire et à l’astronomie galactique. Les prix ont été annoncés lors de la réunion ordinaire de la Société qui s’est tenue le vendredi 12 janvier 2024.

Gilles Chabrier a décrit l’obtention de la médaille d’or de la Royal Astronomical Society (RAS), comme "l’aboutissement de [sa] carrière scientifique".

La science a toujours été le fil conducteur de ma vie. Recevoir la médaille d’or de la RAS est un rêve que je n’aurais jamais osé caresser lorsque j’ai décidé de devenir scientifique.


Pour ne citer que quelques exemples, les travaux de Gilles Chabrier sur la nature des environnements à haute densité à l’intérieur des naines blanches ont conduit au diagramme de phase transformationnel Segretain-Chabrier. En développant la théorie de Saumon-Chabrier, il a permis de décrypter les conditions qui règnent à l’intérieur des étoiles de faible masse, des naines brunes, des planètes géantes et des enveloppes des naines blanches et des étoiles à neutrons et établi l’équation d’état Saumon-Chabrier-Van Horn. Enfin, dans le domaine de l’astronomie galactique, l’un de ses travaux les plus marquants a porté sur la dérivation de la fonction de masse initiale ( initial mass function - IMF ) stellaire et substellaire galactique, connue sous le noms de "Chabrier IMF". Devenue le standard IMF de référence en astronomie galactique, cette fonction a permis de déterminer pour la première fois avec précision les différentes contributions des étoiles, des naines brunes et des restes stellaires au bilan de masse de la galaxie.

Tant de raisons pour lesquelles Gilles Chabrier se voit décerner la médaille d’or de la RAS. Une récompense pour le travail de toute une vie, qui lui a déjà valu la médaille et le prix Fred Hoyle de l’IOP en 2019, le prix Ampère de l’Académie des sciences en 2014, la médaille Eddington de la Royal Astronomical Society en 2011, le prix Jean Ricard de la Société Française de Physique en 2010 et la médaille d’argent du CNRS en 2006.

Créée voilà exactement 200 ans, en 1824, la médaille d’or de la Royal Astronomical Society est la plus haute récompense offerte par la Société. Depuis 1964, deux médailles sont attribuées chaque année : une en astronomie et une en géophysique. Parmi les anciens lauréats figurent Einstein, Hubble, Hawking et Arthur Eddington ( qui, avec Einstein, a été l’un des premiers physiciens à comprendre les principes de la relativité). Cette récompense est généralement décernée en reconnaissance du travail de tout une vie.