L’Inra et l’Institut de l’Élevage créent une Unité mixte technologique sur l’élevage des chèvres : « Systèmes caprins durables de demain »

    -     English
Chèvres © Françoise Roch

Chèvres © Françoise Roch

Afin d’imaginer des solutions innovantes pour élever les chèvres durablement, l’Inra et l’Institut de l’Élevage (Idele) créent ensemble l’UMT Systèmes caprins durables de demain (SC3D). Cette unité conduira un programme de recherche et développement sur 5 ans. Dans un contexte de changement climatique, ce programme vise à fournir aux éleveurs de chèvres et à la filière caprine, des clés pour aller vers des conduites et des systèmes durables et plus résilients aux aléas.

Première productrice européenne de lait de chèvre, la filière caprine française souffre pourtant d’une baisse d’attractivité et vit une profonde restructuration. Les travaux de l’UMT SC3D visent à répondre aux enjeux auxquels elle est confrontée : la durabilité des élevages et les attentes sociétales. Les recherches seront organisées en trois axes thématiques - l’élevage, la prairie, la chèvre - et un axe transversal consacré à la diffusion des résultats.

L’élevage : comment améliorer sa durabilité ?
L’UMT contribuera à développer des systèmes caprins multi performants : économiquement viables, attractifs pour les éleveurs et les futurs éleveurs, à faible impact environnemental et prenant en compte les attentes sociétales.

La prairie : quelles espèces végétales privilégier ?

Les travaux de l’UMT détermineront les facteurs d’adaptation des espèces végétales et concevront des systèmes fourragers. Quatre challenges seront à relever : l’adaptation au changement climatique, une meilleure autonomie alimentaire et protéique, une limitation des pesticides et des engrais minéraux dans les cultures et une prise en compte de la charge de travail des éleveurs.

La chèvre : quelles innovations pour sa reproduction et son alimentation ?
Ce 3e axe identifiera, proposera et testera des conduites répondant aux enjeux du plan de filière caprine 2022 défini par les États généraux de l’agriculture : limiter les intrants chimiques, favoriser l’autonomie, respecter le bien-être animal et améliorer la sécurité sanitaire des produits laitiers. Les conduites d’élevage plus particulièrement étudiées concerneront la reproduction et l’alimentation.

Diffusion des résultats
Les résultats acquis au sein de l’UMT seront diffusés vers les éleveurs, techniciens, apprenants, enseignants, chercheurs.
L’UMT SC3D s’appuiera sur des dispositifs expérimentaux existants (Patuchev, Ferticap et l’Unité de recherche pluridisciplinaire prairies et plantes fourragères à l’Inra de Lusignan) et de nouveaux outils (capteurs, nouvelles technologies, big data...) ou approches autour de la valorisation de données (modélisation). L’UMT implique des chercheurs et ingénieurs de l’Idele et de l’Inra, mais aussi des organismes agricoles (Chambre d’agriculture, Contrôle laitier, Civam, enseignement agricole), des entreprises privées (entreprises de sélection fourragère et animale, laiteries), des éleveurs de chèvres mobilisés au sein des réseaux REDCap et Ferticap, sans oublier les établissements d’enseignement agricole de la Région.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |