La forte diversité morphologique des poissons d’eau douce enfin révélée

Par la mesure de 10 traits morphologiques sur plus de 9 000 espèces de poissons d’eau douce, une équipe de chercheurs du laboratoire Évolution et diversité biologique (EDB – CNRS/IRD/UT3 Paul Sabatier) et du Centre pour la biodiversité marine, l’exploitation et la conservation (MARBEC – CNRS/Univ. Montpellier/IRD/Ifremer) vient de montrer que près de 90 % de la diversité morphologique mondiale de ces poissons est supportée par moins de 5 % des espèces. Ces résultats publiés dans la revue Global Ecology and Biogeography parue le 16 novembre 2018 soulignent la nécessité de conserver non seulement les espèces déjà en danger, mais également de prêter attention aux espèces à morphologie extrême, car leur disparition pourrait affecter l’intégrité fonctionnelle des écosystèmes aquatiques.

Références :

Morphological diversity of freshwater fishes differs between realms but morphological extreme species are widespread , Su G., Villéger S. & Brosse S., Global Ecology and Biogeography
doi.org/10.1111/geb.12843

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues

  • 16 novembre 2018
    La forte diversité morphologique des poissons d’eau douce enfin révélée
  • 15 novembre 2018
    AVC : prévenir les séquelles en agissant sur l’environnement des neurones ?
  • 12 novembre 2018
    Le génome des truffes révèle le secret de la fabrication de leurs parfums
  • 9 novembre 2018
    Invitation presse : Cérémonie des 90 ans de l’Institut Henri Poincaré
  • 8 novembre 2018
    Une nouvelle voie pour moduler la réponse immunitaire anti-tumorale
  • 7 novembre 2018
    Les premières briques à l’origine de la vie sur Terre observées dans des roches océaniques profondes
  • 7 novembre 2018
    Les « séquences enchevêtrées » : un mécanisme indispensable à la formation de la mémoire
  • 7 novembre 2018
    Un récepteur des sels biliaires contrôle la réplication du virus de l’hépatite B

Navigation secondaire

  • English homepage