Lancement de la chaire "e-santé et données massives pour un soin intégré des maladies chroniques et du sommeil"

Lancement de la chaire e-santé / © UGA

Lancement de la chaire e-santé / © UGA

Le 11 février 2019, la Fondation Université Grenoble Alpes a inauguré la Chaire de recherche « e-santé et données massives pour un soin intégré des maladies chroniques et du sommeil » portée par le Professeur Jean-Louis Pépin, directeur du laboratoire HP2 (Inserm/UGA).

Financée par la MGEN et la société ResMed, cette chaire d’une durée de 4 ans vise par une approche pluridisciplinaire et l’exploitation de données massives (big data) à analyser les trajectoires de santé de patients atteints d’au moins deux pathologies chroniques (multimorbidité) comme le syndrome d’apnées obstructives du sommeil (SAOS). Comme l’a expliqué Jean-Louis Pépin, porteur de la chaire, lors de sa conférence inaugurale, l’objectif est d’identifier les déterminants, et notamment d’évaluer l’impact de facteurs cruciaux comme la situation socio-économique, l’environnement ou encore l’accès aux soins. Ces déterminants sont aujourd’hui peu étudiés et certains facteurs, notamment socio-économiques ou environnementaux, sont encore sous-estimés. La transdisciplinarité des acteurs de la Chaire permettra d’apporter des informations essentielles pour mettre en place des actions préventives et thérapeutiques plus personnalisées et ainsi améliorer les parcours de soins.

Lors de ce lancement officiel, Patrick Lévy Président de la Fondation et de l’Université Grenoble Alpes a souligné l’ambition de cette 5e chaire de recherche de la Fondation UGA. Celle-ci s’inscrit naturellement dans la stratégie du site universitaire avec de fortes interactions avec d’autres projets et laboratoires (voir plus loin).
Jean-Christophe Baudin, administrateur national de la MGEN, puis Florent Lavergne, représentant de ResMed, les deux mécènes de la chaire, se sont tous les deux félicités de contribuer à ce programme de recherche essentiel et innovant, ouvrant la voie vers une médecine prédictive et personnalisée.

Les Big data au service de la santé

Dans le domaine de la santé, de nombreuses bases de données sont aujourd’hui disponibles, issues d’essais cliniques, de cohortes scientifiques ou de registres médico-économiques.
Qu’il s’agisse des bases de l’observatoire français de patients apnéiques du sommeil, du système national des données de santé (SNDS), de la Base mondiale de pharmacovigilance, ou du Système national d’information interrégimes de l’Assurance maladie, ces bases contiennent une masse colossale d’informations concernant la santé d’une large population. De plus, le développement technologique notamment des objets connectés a considérablement accru le volume de données disponibles. Il est ainsi aujourd’hui possible de récolter des informations en vie réelle ou des données physiologiques des patients (activité physique, pression artérielle, rythme cardiaque, etc.).
Pour exploiter toutes ces données, la chaire « e-santé » vise à développer des méthodes d’analyse innovantes , afin d’extraire des informations déterminantes et d’identifier ainsi les facteurs de risque , mais aussi les indicateurs d’aide au diagnostic ou de suivi de l’efficacité des traitements. Pour le traitement de ces données massives, des algorithmes et analyses statistiques complexes sont nécessaires et seront développées dans le cadre de la Chaire.

Une synergie de site

La Chaire « e-santé » associe des chercheurs du , des médecins du Centre Hospitalier Universitaire Grenoble Alpes, des biostatisticiens du de Grenoble et des sociologues du (Sciences Po Grenoble / CNRS / UGA). Elle s’appuie également sur l’expertise de l’ (ODENORE).
Son projet de recherche s’inscrit totalement dans la stratégie scientifique du site grenoblois. Il fait partie de l’axe stratégique « Maladies chroniques et cancer » du CHU Grenoble Alpes et constitue un projet partenaire du projet financé à hauteur de 1,7 million d’euros par le programme transdisciplinaire de l’IDEX Université Grenoble Alpes (PIA). Cette chaire est également associée à des projets complémentaires dans le cadre des projets européens (EIT Health).

Des physiciens ont démontré qu’il est possible de contrôler de façon quantique un spin unique multi-niveaux porté par un aimant moléculaire - constituant un "qudit" - permettant ainsi son étude approfondie. La maîtrise d...

Le 11 février 2019, la Fondation Université Grenoble Alpes a inauguré la Chaire de recherche « e-santé et données massives pour un soin intégré des maladies chroniques et du sommeil » portée par le Professeur Jean-Louis...

Expositions environnementales précoces et santé respiratoire de l’enfant : l’exposome dévoile ses premiers résultats

Une équipe de chercheurs de l’Inserm, du CNRS, de l’Université Grenoble Alpes et de l’Institut de santé globale de Barcelone montre que l’exposition prénatale et postnatale à différents polluants chimiques est associée à...

Des techniques synchrotrons révèlent l’action d’une molécule métallo-organique dans des cellules d’une forme agressive du cancer du sein

Certains types de cancer, comme le cancer du sein type triple négatif, restent réfractaires aux traitements par chimiothérapie. Des scientifiques de l’Inserm, du CNRS, de Sorbonne université, de l’université PSL, de l’Un...