Les premières briques à l’origine de la vie sur Terre observées dans des roches océaniques profondes

L’origine de la vie sur Terre est un champ de recherche extrêmement complexe pour lequel plusieurs hypothèses sont envisagées. Certaines études considèrent les apports extraterrestres, via les météorites ou les astéroïdes, comme une source de molécules organiques nécessaire à l’ensemencement de la Terre. D’autres estiment que notre planète a et a eu le potentiel pour réaliser une chimie prébiotique suffisamment efficace pour engendrer les premières briques du vivant. Dans une étude publiée dans la revue Nature, des chercheurs de l’institut de physique du globe de Paris, de l’université Paris Diderot, du CNRS et du synchrotron SOLEIL apportent un argument de premier ordre à cette dernière hypothèse, et notamment à la théorie hydrothermale de l’origine de la vie, repoussant même sa possible émergence en profondeur, bien au-delà des sources hydrothermales des fonds océaniques.

Derniers communiqués
Toutes disciplines confondues


  • Les premières briques à l’origine de la vie sur Terre observées dans des roches océaniques profondes

  • Un récepteur des sels biliaires contrôle la réplication du virus de l’hépatite B

  • Un appel des scientifiques pour unifier les normes sur les données épigénétiques et le génome en 4D

  • Le CNRS présente son plan d’action sur l’intégrité et la déontologie scientifiques

  • Lancement de l’infrastructure européenne EPOS : le système Terre à l’heure du Big data

  • Premiers lauréats pour l’initiative européenne sur les technologies quantiques

  • Retour de l’expédition Tara Pacific : des constats inattendus sur un patchwork corallien

  • Voitures autonomes et choix moraux : qu’en pensent les internautes ?

Navigation secondaire

  • English homepage