Magnetococcus marinus, la bactérie championne de natation

© K. Bente / institut Max Planck de Potsdam

© K. Bente / institut Max Planck de Potsdam

Une équipe scientifique de l’Institut biosciences et biotechnologie d’Aix-Marseille (BIAM, CEA/CNRS/Aix-Marseille université), à Saint-Paul lez Durance, en collaboration avec des chercheurs de l’Institut Max Planck de Potsdam et de l’Université de Göttingen ont déterminé la trajectoire et la vitesse de nage de la bactérie magnétotactique Magnetococcus marinus, connue pour se déplacer rapidement. La vitesse réelle est de 400 à 500 µ m/s pour une bactérie mesurant 1 µ m, ce qui en fait une championne de natation. Plus étonnant, la trajectoire est faite de spirales complexes. Publiées dans la revue eLife le 28 janvier 2020, les propriétés exceptionnelles de cette bactérie permettent d’imaginer son utilisation comme micro-robot dans les domaines de la biotechnologie et de l’environnement.

High-speed motility originates from cooperatively pushing and pulling flagella bundles in bilophotrichous bacteria
Klaas Bente, Sarah Mohammadinejad, Mohammad Avalin Charsooghi, Felix Bachmann, Agnese Codutti, Christopher T Lefèvre, Stefan Klumpp, Damien Faivre.
eLife , 28 janvier 2020 - Archive ouverte HAL , 12 février 2020


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |