Quatre personnalités de renommée internationale distingués Docteur Honoris Causa de l’Université Paris-Sud

Jeffrey Drazen. © M. LECOMPT / UPSUD

Jeffrey Drazen. © M. LECOMPT / UPSUD

, en présence de Daniel Filâtre, Recteur de l’Académie de Versailles, Chancellier des Unioversités, la Présidente Sylvie Retailleau a remis le titre de Docteur Honoris Causa à Jeffrey Drazen, Irina Bokova, Fabiola Gianotti, Maciej Zworski, quatre personnalités de renommée internationale avec lesquels l’Université Paris-Sud entretient des liens privilégiés depuis de nombreuses années.

Jeffrey Drazen

Après avoir étudié la physique appliquée à la Tufts University (états-Unis) et la médecine à la Harvard Medical School, Jeffrey Drazen est actuellement professeur de physiologie au département de l’environnement de la Harvard Medical School.

Il a publié plus de 600 articles, éditoriaux et articles de synthèse et est rédacteur en chef de Cecil’s Medicine, un important manuel de médecine. Il a été nommé rédacteur en chef du New England Journal of Medicine en 2000.

Au cours de son mandat, le Journal a vu son facteur d’impact ISI passer de 28 à 79, le facteur d’impact le plus élevé pour toute revue publiant des recherches originales.
Jeffrey Drazen était parrainé par le Pr Marc Humbert, vice-Doyen de la Faculté de Médecine, Université Paris-Sud.

Irina Bokova

Nommée Déléguée permanente de la Bulgarie auprès de l’UNESCO en 1980, Irina Bokova en devient membre du conseil exécutif en 2007. A cette période elle est également vice-présidente du groupe francophone des ambassadeurs.

En 2009, elle est nommée Directrice générale de l’UNESCO et devient la première femme à diriger cette organisation.

Elle est diplômée de l’Institut des Relations Internationales de Moscou et de l’Université du Maryland.

Irina Bokova était parrainée par le Pr Boris Bernabé, Doyen de la Faculté de Droit-Economie-Gestion Jean Monnet de l’Université Paris-Sud.

Fabiola Gianotti

Physicienne italienne, Fabiola Gianotti a participé dès l’origine à l’expérience ATLAS au CERN, dont elle est devenue Coordinatrice de la Physique, puis Porte-parole. ATLAS et l’expérience concurrente CMS ont découvert le boson de Higgs en 2012. Fabiola Gianotti est Directrice générale de l’organisation européenne pour la recherche en physique des hautes énergies (CERN) depuis janvier 2016. Elle est la première femme nommée à ce poste de direction depuis la création du CERN en 1954.

Elle est titulaire d’un doctorat de physique subnucléaire expérimentale de l’Université de Milan.

Fabiola Gianotti était parrainée par Daniel Fournier, Directeur de recherche émérite CNRS au Laboratoire de l’Accélérateur Linéaire (Université Paris-Sud/CNRS) à la Faculté des Sciences d’Orsay de l’Université Paris-Sud.

Maciej Zworski

De citoyenneté polonaise et canadienne, Maciej Zworski est diplômé du Massachussetts Institute of Technology (MIT).

D’abord enseignant à l’Université Johns Hopkins, puis à l’Université de Toronto, il est aujourd’hui Professeur de Mathématiques à l’Université de Californie à Berkeley.

Ses intérêts se portent sur l’analyse microlocale, la théorie de la diffusion et les équations dérivées partielles.

Il fut Professeur invité à l’Université Paris-Sud en 1990, 2003 et 2009.

Maciej Zworski était parrainé par Nicolas Burq, Professeur à l’Institut de Mathématique d’Orsay à la Faculté des Sciences de l’Université Paris-Sud.

Parce que les universités ont vocation à rayonner au-delà des frontières nationales

Créé par décret le 26 juin 1918, le diplôme de Docteur Honoris Causa donne aux universités françaises la possibilité de distinguer des personnalités scientifiques de nationalité étrangère ayant rendu des services aux sciences, aux lettres et aux arts. L’origine de cette tradition pourrait remonter au début du 17e siècle, son attribution par les universités permettant de distinguer les doctes personnalités dont les connaissances et la sagesse étaient considérées comme particulièrement remarquables. De nos jours, ce titre est décerné à des personnalités étrangères.

Ce choix vient justement souligner que les universités ont vocation à rayonner au-delà des frontières nationales, qu’elles sont par essence même des établissements d’enseignement supérieur et de recherche qui s’inscrivent dans une dimension mondiale, leur espace d’expression et de coopération naturel.

En distinguant cinq personnalités de tout premier plan sur la scène internationale avec lesquels ses laboratoires entretiennent des liens privilégiés depuis de nombreuses années, l’Université Paris-Sud entendait rappeler son ouverture pluridisciplinaire et internationale.

La cérémonie s’est conclue par un concert de l’Orchestre Symphonique et du Coeur du Campus d’Orsay qui ont interprété des extraits du Stabat Mater de Rossini sous la direction de Martin Barral.