Le vapotage n’est pas une porte d’entrée dans le tabagisme pour les jeunes

Porte d’entrée dans le tabagisme - © JeepersMedia, CC BY

Porte d’entrée dans le tabagisme - © JeepersMedia, CC BY

Pour conclure le mois sans tabac, et - peut-être - renforcer la motivation de celles et ceux qui ont arrêté, voici une série de data visualisations. Dans cet article, l’évaluation du vapotage.

La cigarette électronique - ou vapoteur personnel (VP) - risque-t-elle de devenir une étape d’initiation pour les jeunes, avant le passage à la cigarette classique - à vrai dire, le public ciblé est plutôt constitué de fumeurs de tabac qui veulent arrêter. Il y a donc essentiellement des ex-fumeurs et des vapo-fumeurs qui vapotent, cherchant une porte de sortie du tabagisme? Quant aux jeunes, la vente dans les boutiques en France est interdite aux mineurs, et si certains l’expérimentent (recherche de sensation, recherche de nouveauté), peu continuent à vapoter occasionnellement ou régulièrement.
Une étude américaine vient d’être publiée en avril 2017, effectuée en 2014 auprès de 3 657 étudiants (‘ge moyen : 18,5 ans). Ils ont à nouveau été interrogés en 2015 sur leur statut de fumeur ou vapoteur (non-fumeur, vapoteur, fumeur de tabac, ou vapo-fumeur). Même si les effectifs sont faibles, 153 étudiants déclarent en 2014 vapoter (et ne pas fumer de tabac). Un an plus tard, parmi eux, près d’1 sur 4 ne vapote plus (et ne fume pas) et 8 (5,2 %) ne vapotent plus et fument du tabac. Près d‘1 sur 2 continue à vapoter (46,4 %) et près d’1 sur 4 vapote et fume du tabac.

Cette étude a ses limites en termes d’effectifs, et on ne dispose que d’un suivi à court terme, sur une année. Il faut mettre en place des enquêtes longitudinales avec des effectifs de départ importants, en raison du taux d’attrition (sujets perdus de vue) au fur et à mesure des années de passation du questionnaire.

Une étude pilotée par le docteur Ivan Berlin est d’ailleurs en cours à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière : il va recruter 700 fumeurs ’gés de plus de 18 ans, et ils seront répartis en quatre groupes : des comprimés (de varénicline, médicament indiqué dans le sevrage tabagique, remboursé par la sécurité sociale ou un placebo) et une cigarette électronique (avec 12mg/ml de nicotine ou 0 mg/ml). L’objectif sera de comparer le nombre d’arrêts du tabac dans chacun des groupes.

"La vape ringardise le tabac"

En tout cas, l’étude publiée dans Addictive Behaviors ne démontre pas que la vape est le mode d’entrée dans le tabagisme, alors que l’on voudrait nous faire croire que de voir vapoter va donner envie de fumer du tabac et renormalise ainsi l’image du tabagisme. D’ailleurs, parmi les jeunes qui vapotent, combien auraient commencé le tabac de toute façon, ou plus tôt -

Dans ce cas, la toxicité du tabac est certaine, et un fumeur sur deux en mourra dans le futur. Alors que les modèles de deuxième et de troisième génération de cigarette électronique, fabriqués et distribués en France, respectent des normes Afnor établies en 2016 qui garantissent des produits sûrs pour les utilisateurs. La nicotine peut être présente avec des dosages maximums à 19,99 mg/ml. Elle peut aussi en être absente.

"Quand on interroge ces collégiens et lycéens, on s’aperçoit que la vape ringardise le tabac", a souligné le Pr Bertrand Dautzenberg lors du Premier sommet de la vape, tenu à Paris en 2016. Avant, a-t-il souligné, le tabac n’avait pas de concurrent. La vape, qui plus est, est un concurrent moins nocif.

Les data visualisations de cet article ont été réalisées par Marie Simon.

This article was originally published on The Conversation. Read the original article.