Un nouvel outil pour suivre le bilan carbone de la végétation : première application au continent africain

Comment les stocks de carbone changent-ils à l’échelle continentale dans la végétation - Quels facteurs expliquent ces changements - Ce sont des questions centrales pour les sciences du climat et l’application des accords internationaux pour le climat. Une étude pilotée par l’Université de Copenhague a permis une approche inédite de ce problème. En lien avec les équipes scientifiques du CEA, du Cnes et du CNRS, l’Inra a coordonné le développement du jeu de données issu d’observations satellitaires micro-ondes qui est à la base de l’approche. L’étude démontre que sur le continent africain et durant la période 2010-2016, le bilan net de carbone est négatif (baisse des quantités de carbone retenu par la végétation), et que la majorité des pertes de carbone s’est produite dans les savanes arborées des régions semi-arides. Ces résultats sont publiés le 9 avril 2018 dans la revue Nature Ecology and Evolution.

Références :

Satellite passive microwaves reveal recent climate-induced carbon losses in African drylands, Martin Brandt, Jean-Pierre Wigneron, Jerome Chave, Torbern Tagesson, Josep Penuelas, Philippe Ciais, Kjeld Rasmussen, Feng Tian, Cheikh Mbow, Amen Al-Yaari, Nemesio Rodriguez-Fernandez, Guy Schurgers, Wenmin Zhang, Jinfeng Chang, Yann Kerr, Aleixandre Verger, Compton Tucker, Arnaud Mialon, Laura Vang Rasmussen, Lei Fan & Rasmus Fensholt. Nature Ecology & Evolution, 9 avril 2018 - Consulter le site web