Un porte-greffe de vigne développé pour résister au virus du court-noué est sans impact sur les microorganismes de l’environnement

En l’absence de méthode curative de lutte contre le court-noué, une maladie virale de la vigne, des stratégies de développement de plantes résistantes ont été entreprises. Des chercheurs de l’Inra et du CNRS montrent que l’utilisation de porte-greffes transgéniques de vigne ne modifie pas les populations de virus et bactéries du sol. Ces résultats sont disponibles en ligne dans la revue Plant Biotechnology Journal.

Références :

Metagenomic-based impact study of transgenic grapevine rootstock on its associated virome and soil bacteriome
Jean-Michel Hily, Sandrine Demaneche, Nils Poulicard, Melanie Tanni, Samia Djennane, Monique Beuve, Emmanuelle Vigne, Gerard Demangeat, Veronique Komar, Claude Gertz, Aurelie Marmonier, Caroline Hemmer, Sophie Vigneron, Armelle Marais, Thierry Candresse, Pascal Simonet and Olivier Lemaire.
Plant Biotechnol. J. (2017), doi: Consulter le site web