Une école doctorale franco-allemande entre l’université de Bordeaux et l’Université de Geisenheim voit le jour

ISVV © Tous droits réservés

ISVV © Tous droits réservés

L’Université franco-allemande (DFH-UFA) finance une école doctorale franco-allemande entre l’Université de Geisenheim et l’université de Bordeaux. Les conséquences du changement climatique sur l’agriculture, la production de vin, de fruits et de légumes, sont au centre de la collaboration.


Avec l’établissement d’une école doctorale franco-allemande « Impact des changements climatiques sur la durabilité des cultures spéciales et de leurs produits » , l’ Université Geisenheim , l’université de Bordeaux - ainsi que leurs partenaires associés (l’ Université d’Adélaïde et l’ Institut australien de recherche sur le vin (AWRI) - mettent en commun leurs compétences complémentaires sur un problème d’actualité important.

Les instituts participants ont travaillé ensemble sur des projets viticoles et ’nologiques au sein de l’Alliance BAG (Bordeaux-Adelaide-Geisenheim) depuis 2010. La création d’une école doctorale commune montre le succès de l’initiative existante et renforce encore cette collaboration. L’école doctorale sera financée par l’Université franco-allemande (DFH-UFA) à compter du 1er janvier 2018 . La recherche de candidats motivés a déjà commencé.

« Le changement climatique et la sécurité alimentaire sont parmi les sujets les plus urgents de notre temps qui ne peuvent être traités qu’à l’échelle mondiale. Le lien entre Bordeaux, Geisenheim et Adélaïde est idéal pour répondre à ces diverses questions et interactions de manière interdisciplinaire dans trois régions climatiques différentes et deux hémisphères. Grâce à des compétences complémentaires au sein des différents partenaires, nous pouvons créer des synergies uniques » déclare le professeur Hans Reiner Schultz, président de l’université Geisenheim. 

« Il est essentiel que nos étudiants en doctorat obtiennent une formation solide basée sur une démarche scientifique expérimentale et l’innovation , afin qu’ils puissent s’attaquer à des problèmes non seulement dans le domaine de la science, mais aussi dans la société et les entreprises. Nous remercions DFH de financer un tel projet interconnecté  » ajoute le professeur Alain Blanchard, directeur de l’ Institut des sciences de la vigne et du vin (ISVV) à l’université de Bordeaux.

L’école doctorale franco-allemande commencera son recrutement avec un minimum d’un étudiant de doctorat par an et par partenaire à partir de 2018. Ces étudiants feront une thèse de doctorat en co-tutelle à Bordeaux et à Geisenheim et passeront environ la moitié de leur temps dans chaque site. Si le sujet l’exige, ils mèneront une partie de leurs travaux à Adélaïde.

En outre, les jeunes scientifiques auront l’opportunité d’établir des réseaux entre eux et des spécialistes externes. Le diplôme du doctorat sera co-décerné par l’université de Bordeaux et l’Université Geisenheim. Le financement par le DFH comprend des indemnités de mobilité pour les étudiants pendant leur séjour à l’étranger, le financement de conférences invitées sur le site partenaire respectif et l’organisation d’ateliers spécifiques.

21 juin - Signature d’un partenariat entre l’École nationale de l’aviation civile (ENAC) et l’université de Bordeaux