Auto-assemblage moléculaire reproduisant le mouvement ondulatoire des flagelles, responsables de la motilité des spermatozoïdes

© Pascal Martin/Institut Curie
© Pascal Martin/Institut Curie

Ces travaux ont permis de concevoir un assemblage de protéines reproduisant spontanément le mouvement ondulatoire d’un flagelle. Ces résultats, parus le 8 août 2022 dans la revue Nature Physics, sont le fruit d’une collaboration internationale menée à l’Institut Curie par une équipe CNRS du Laboratoire physico-chimie Curie 1 . Ce système fournit un exemple remarquable d’auto-organisation de la matière biologique à l’échelle supramoléculaire 2 . Il permettra aussi de répondre à de nombreuses questions portant sur les mécanismes physiques liés à l’ondulation des flagelles, responsables notamment de la motilité des spermatozoïdes.

1 Les travaux ont été menés dans le Laboratoire physico-chimie Curie (Institut Curie, CNRS, Sorbonne Université) par l’équipe « Mécano-sensibilité active des cellules ciliées de l’oreille interne » dirigée par Pascal Martin ; au Max Planck Institute for the Physics of Complex Systems (Dresde, Allemagne) par l’équipe du Pr Franck Jülicher, en collaboration avec le Pr Jean-François Joanny (Institut Curie/Collège de France), et au Laboratoire de physiologie cellulaire et végétale dans l’équipe CytomorphoLab co-dirigée par Laurent Blanchoin et Manuel Théry (CNRS, CEA, UGA, INRAE).

2 Le flagelle artificiel créé ici résulte de l’assemblage d’un grand nombre (plusieurs milliers) de molécules individuelles.

La fondation CNRS

Pour accompagner et développer une recherche au meilleur niveau.